Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'Apocalypse de la Modernité (Emilio Gentile)

Publié le par Christocentrix

Emilio Gentile, L'Apocalypse de la modernité - La Grande Guerre et l'homme nouveau. Aubier, l'homme nouveau. Aubier, 2011, 415 p.
                                      * 
(Emilio Gentile, né en 1946, est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Rome "La Sapienza". Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur le fascisme, le totalitarisme et l'histoire des idées : Quand tombe la nuit. Origines et émergence des régimes totalitaires en Europe (1900-1934). (L'Âge d'homme, 2001), La Religion fasciste. (Perrin, 2002), Qu'est-ce que le fascisme ? Histoire et interprétation. (Gallimard, 2004), Les Religions de la politique. Entre démocraties et totalitarismes (Éditions du Seuil, 2005).
                                                                    *
Présentation de l'éditeur : 
Le 11 novembre 1918, lorsque prennent fin les quatre années de combats, de sacrifices et de massacres qui ont bouleversé l'Europe, les hommes, hébétés, contemplent les ruines. Ces ruines, ce sont celles d'une époque: celle de la modernité triomphante. où les maîtres mots étaient progrès, science, culture, et où l'on avait foi en l'avenir de l'humanité. Beaucoup, alors, diagnostiquent le déclin de la civilisation européenne, et s'interrogent avec angoisse sur la destinée de l'homme moderne. Ces réflexions, révèle Emilio Gentile, étaient cependant loin d'être nouvelles: elles étaient en germe déjà, dans les années précédant la Grande Guerre. L'Europe de la " Belle Epoque", que l'on se représente resplendissante, sûre d'elle, conquérante, était minée par des courants sombres: isolées d'abord, puis de plus en plus nombreuses, des voix s'étaient fait entendre, qui prophétisaient la fin de la civilisation et appelaient à la régénération de l'homme par la guerre. En nous invitant à les écouter, l'historien italien dévoile pour la première fois une Belle Epoque traversée de cauchemars, rongée par l'angoisse, et entraînée malgré elle dans la spirale apocalyptique de l'autodestruction.
 
                                                             * 
- Autres présentations :
"La critique de la modernité née de la Révolution française et des Lumières, n'a pas attendu la fin du XIXème siècle pour se développer. Antoine Compagnon et ses "antimodernes", de même que Zeev Sternhell avec ses "anti-Lumières", ont montré que modernité et réaction cheminent ensemble. Ce qui est nouveau avec les critiques de la modernité fin de siècle, c'est l'introduction du thème de l'apocalypse. Le monde moderne, l'homme et ses droits, la démocratie seraient des injures faites à Dieu et à la nature humaine qui, de plus, conduiraient l'humanité à sa perte. C'est l'heure de gloire des thèmes de la dégénérescence et du déclin. Même si l'ouvrage qui condense ces idées, Le déclin de l'Occident d'Oswald Spengler, est postérieur à la Première Guerre mondiale, c'est avant le cataclysme qu'elles ont été professées. Emilio Gentile montre à partir d'exemples tirés des mondes des idées, de la science ou des arts, combien cette perception d'une modernité qui conduit au désastre est une idée dominante de la "Belle Epoque"... C'est l'écrivain hongrois Max Nordau qui rencontre un succès retentissant avec son livre sur la décadence occidentale. En France, c'est Gustave Le Bon qui annonce, pour le pire, l'ère des masses et la corruption de la civilisation...La guerre sera rédemptrice et d'elle naîtra l'homme nouveau...Le mythe d'un homme régénéré dans les tranchées, sous les Orages d'acier d'un Ernst Jünger, prospérera". 
                                                              *
- L'exposition Universelle de Paris dressa le bilan extraordinaire d'un siècle de progrès. Durant le XIXème siècle, en quelques générations, les Européens étaient parvenus à dompter les forces de la nature. Qui aurait pû prévoir au siècle précédent "qu'en l'espace de cent ans, autant de choses auraient été accomplies, que la face de la terre aurait été transformée de façon aussi prodigieuse", écrivait alors le sociologue Gugliano Ferrero. "Sans précédent" fut l'expression la plus utilisée... "Nombreux étaient ceux qui partageaient la prévision optimiste d'un âge d'or imminent pour le nouveau siècle"... Mais ce concert était troublé par quelques esprits moins allègres. Dès la "Belle Epoque" l'inquiétude apocalyptique de la destruction de la modernité s'exprime, même si personne ne prévoit la réalité de ce qui survint entre 1914 et 1945. 
Dans sa présentation de l'ouvrage, Dominique Venner  dans la Nouvelle Revue d'Histoire n° 53, de mars 2011) pose la question suivante : "Devant le tableau saisissant dressé par Gentile, une question se faufile dans la pensée du lecteur. Le triomphe des machines, du commerce et de la technique est-il constitutif de la civilisation européenne? Bien entendu ce triomphe est issu de l'esprit européen, de sa part "prométhéenne" ou "faustienne" comme disait Spengler. Cette part devenue obsédante ne contient pourtant pas la totalité de l'esprit européen. L'autre part, une part essentielle, que l'on peut appeler "appolinienne", s'est trouvée masquée par les prodiges de la modernité. Dès lors que ces prodiges tournent au cauchemar, ne serait-il pas imaginable que les Européens soient tentés de retrouver la part appolinienne de leur civilisation afin d'équilibrer la démesure prométhéenne ? La question est pour l'heure sans réponse." http://www.lanrh.fr/NR_1./ANCIENS_NUMEROS.html 
                                                            *
La question est peut-être pour l'heure sans réponse mais il ne manque pas d'auteurs ayant pensé et écrit sur la question. Depuis les germes étudiés par Emilio Gentile dans cette époque d'avant la Première Guerre mondiale, plusieurs moissons ont passé; celles d'après la "Première" et d'avant la "Seconde". Puis celles d'après la "Seconde"... pour en arriver à la situation actuelle. Outre Spengler cité plus haut, ce blog a plusieurs fois présenté des auteurs aussi divers que Paul Valery, (la Crise de l'Esprit), Daniel-Rops (Chant pour les abîmes), Marcel de Corte (La fin d'une civilisation), Bertrand de Jouvenel, Nicolas Berdiaev,  ou que René Guénon (La Crise du Monde moderne), Julius Evola (Révolte contre le Monde moderne).... Plus près de nous, je pense encore aux essais d'un Alain Besançon (La falsification du Bien) ou d'un Eric Werner (la Maison de Servitude), d'un Dominique Venner, (le Choc de l'Histoire), et même à un Jean Raspail, etc....  Ils sont nombreux ceux qui nous ont fait ressentir le vertige de l'abîme et par un réflexe heureux nous porte aujourd'hui à entendre mieux cette voix au milieu de l'âme qui retentit non pour notre consolation mais pour nous mettre en garde contre de faux espoirs et nous encourager à ne pas baisser les bras. Mais, ce faisant, ne comptons jamais absolument sur nos propres forces. Agissons comme si tout dépendait de nous en sachant que Dieu secondera nos pauvres efforts. Cette espérance s'alimente à la voix intérieure qui nous dicte les renoncements et les initiatives; accrochés à la Source de Vie nous pouvons croire en l'Histoire.
A l'écoute de Clio, dans "Chant pour les abîmes", Daniel-Rops s'interroge : "serait-il vrai que chaque forme de civilisation eût, biologiquement, son temps mesuré ? (Un millénaire en gros, répond Spengler...)...Une telle vue laisse à rêver. Ainsi donc, serait-ce par le jeu de forces intérieures que les sociétés iraient à la mort ? la loi biologique, plus forte que les volontés humaines, les condamneraient-elles à disparaître, leur temps accompli ? Et les évènements extérieurs qui dans l'Histoire, semblent déterminants, seraient-ils, en définitive, aussi épisodiques et déterminés que le sont, pour chacun de nous, les causes hasardeuses qui nous mènent tous à notre inéluctable fin ? Si l'on songe à ce que représente vraiment le drame de notre monde, à cette immense somme de trahisons dont l'homme moderne s'est, envers lui-même rendu coupable, une telle hypothèse ne paraît pas du tout inacceptable et la loi de biologie historique rejoint, au fond de notre conscience, un sentiment de désespoir et de dégoût de vivre que nous connaissons bien."
Paul Valéry, dans son livre "Regards sur le monde actuel" nous livre son "ultima verba" : 
ARRÊTE! ARRÊTE-TOI! VAINQUEUR, SUR CE MOMENT SI HAUT DE LA VICTOIRE. PRENDS UN TEMPS DE SILENCE ET TE DEMANDE CE QU'IL TE FAUT PENSER SUR CE SOMMET, CE QU'IL TE FAUT PENSER QUI NE SOIT PAS SANS CONSÉQUENCE. C'EST UN VŒU, UN SERMENT, UN ACTE SANS RETOUR, UN MONUMENT DE L'AME ET COMME UNE PRIÈRE SOLENNELLE, QUE TU DOIS, SUR LES MORTS ET SUR LES VIVANTS PRONONCER ET INSTITUER, AFIN QUE CE MOMENT SILENCIEUX SI BEAU NE PÉRISSE PAS COMME UN AUTRE. DÉCLARE EN TOI ET GRAVE DANS TON COEUR :
QUE LE JOUR NE LUISE JAMAIS OU LE SOUVENIR DE CE JOUR DE VICTOIRE PUISSE APPORTER UNE AMERTUME ET UN RETOUR FUNESTE VERS LA PRÉSENTE JOIE; QUE JAMAIS REVIVANT CE QUI EST AUJOURD'HUI NE TE VIENNE A L'ESPRIT CETTE LOURDE PAROLE : A QUOI BON?

 

 

 

 

Voir les commentaires

amitié franco-serbe et action de Solidarité-Kosovo

Publié le par Christocentrix

vous pouvez suivre l'action et les réalisations de l'association humanitaire "Solidarité-Kosovo" ici :
                                  http://www.solidarite-kosovo.org/fr/

10

y1pdwiciwEls3Muk6uvf7LT6MRPgCWMxVYCxCSsF9lAblja2QKLTTjCBWTB.jpg

 

 

                   http://www.solidarite-kosovo.org/fr/

Voir les commentaires

Magnificat

Publié le par Christocentrix


Voir les commentaires

les Peuples de la Mer

Publié le par Christocentrix

 
peuples de la mer (Sandars)Boucs émissaires pour l'effondrement d'une civilisation ancienne? Catalyseurs dans la naissance d'une nouvelle civilisation ? Qu'ont été ces mystérieux - Peuples de la Mer - dont la Bible, les chroniques, les monuments anciens nous relatent les forfaits, sans bien nous dire qui ils étaient, ni d'où ils venaient ? Hésiode n'a pas résolu le problème. Non plus que les thuriféraires de Ramsès III, dont les victoires ne furent peut-être qu'arrêts temporaires d'avant-garde dans une ruée dévastatrice.
N.K. Sandars a interrogé les ruines, des stèles triomphales aux vaisselles cassées. Méthodes d'efficacité reconnue, mais qu'il a fallu ici pousser très loin. Elève du professeur Gordon Childe à l'Institut d'Archéologie de l'Université de Londres, diplômée de l'institut d'Archéologie Préhistorique d'Oxford, Mme Sandars applique aux vestiges de la Grèce et du Moyen-Orient cette même analyse pénétrante qui lui a permis, en d'autres ouvrages, de révéler à la France et à la Grande-Bretagne leur commune préhistoire celtique.
Et les siècles obscurs de Méditerranée s'éclairent. Cnossos, Enkomi, Hattusas, Ougarit, Mycènes, Pylos, Tyrinthe retrouvent leur place dans l'Histoire, préparant et expliquant l'essor de Jérusalem, Athènes et Rome. Les civilisations ne sont plus mortes. Effacées par l'une des plus totales subversions qu'ait connues le monde, les Cités-Etats émergent des ténèbres, revendiquent notre respect, pour ce qu'à travers l'Egypte et la Grèce, elles nous ont laissé.
Mais l'exploration à laquelle est convié le lecteur conserve ses incertitudes, ses zones d'ombre, n'éteint pas les curiosités. La déchéance des peuples abandonnés aux délices de la consommation y tient autant de place que les fureurs des contestataires. C'est plus souvent sur un désordre que débouche cette analyse d'une extrême rigueur. Tout simplement parce que le désordre fut et que l'auteur n'aime pas substituer à la vérité ces canevas où les faits s'ordonnent trop aisément en fonction des thèses. "L'Histoire, écrit-elle, ne retrouve ordre et économie qu'au niveau de la philosophie et non du fait brutal. C'est pourquoi elle ne devrait jamais être livrée aux philosophes ou aux sociologues". On sera pourtant tenté, à la lecture de cet ouvrage, d'ajouter que la philosophie et la sociologie pourraient tirer du "fait brutal" ce que, bien évidemment, elles ne peuvent pas lui apporter : la bonne foi et la sérénité.
 
                                                                           *
 peuples de la mer (faucounau)                                                                                                                                                             Se définissant comme un linguiste kretschmérien, Jean Faucounau entraîne le lecteur à la découverte des mystérieux « Peuples de la Mer », dans un vaste voyage archéologique allant de l'Anatolie à la Sicile, et de la Grèce à la Sardaigne, en passant par Chypre et par l'Egypte. Il montre la grande diversité de ces peuples, ainsi que ce qui les unit, émettant chemin faisant une nouvelle théorie sur la catastrophe naturelle qui, selon lui, mit fin à l'Age du Bronze vers 1200 avant notre ère. S'appuyant sur les données les plus récentes, l'auteur développe diverses vues nouvelles, fondées parfois sur ses propres travaux, ouvrant ainsi la voie à de nouveaux axes de recherche en linguistique, archéo-géologie et archéologie méditerranéenne... Polytechnicien et linguiste, Jean Faucounau a eu l'occasion de participer dans sa jeunesse à des missions de prospection géologique pour le compte d'une Société minière. Il est notamment l'auteur de l'ouvrage « Les Proto-Ioniens : histoire d'un peuple oublié », publié dans la même collection.
 
 
peuples-de-la-mer.jpg
 
carte 1
 
carte peuples de la mer 
cartes extraites du livre de Jean Deruelle, "de la préhistoire à l'Atlantide des mégalithes", (éditions France-Empire, 1990) dont un chapitre est consacré aux "Peuples de la Mer".  Idem dans son ouvrage réactualisé en 1999 sous le titre "Atlantide des mégalithes".
 
guerrier-peuples-de-la-mer.jpg
                                         guerrier des Peuples de la Mer
 
 

Voir les commentaires

Peintures rupestres sahariennes: 70 ans de recherches françaises.

Publié le par Christocentrix

La première découverte remonte à 1909; elle est due au capitaine Cortier qui a signalé avoir vu dans une grotte de l'oued Assof Mellen "un dessin de bison". L'année suivante, le Lieutenant Gardel découvrit un bel ensemble de peintures à In-Ezzan, qui devait être relevé plus tard par Durand et Lavauden puis décrit par Breuil. En 1929, Conrad Kilian mentionnait des figures peintes, scènes de chasses et hommes armés d'arcs à Tin-Ekaham et à Amaïs. En 1932, le lieutenant Lanney signale des chars de guerre peints et des figures humaines à Tamajert. Enfin en 1933, le lieutenant Brenans découvre la célèbre station de l'oued Djorat, où sur un douzaine de kilomètres, gravures et peintures se trouvent par milliers. Puis le site de l'oued Amazzar, et d'autres encore. Ces découvertes dans le Tassili-n-Ajjer marque un tournant décisif dans la recherche archéologique française au Sahara central et dès l'année suivante, elle seront étudiées par des savants spécialisés (missions Gautier-Reygasse et Peyret-Lhote), tandis que le lieutenant Brenans des Compagnies méharistes continuera ses découvertes et de beaux relevés d'autres sites qui feront l'objet d'analyses par H. Breuil et H. Lhote. (Roches peintes du Tassili-n-Ajjer). Puis en 1938, Chasseloup-Laubat fera paraître son étude sur l'art rupestre saharien. Les choses ne connaitront un réel développement qu'avec les travaux d'Henri Lhote et son équipe en 1956 et 1957; travaux qui seront présentés et exposés en 1957/58 au Musée des arts décoratifs de Paris. Henri Lhote effectuera ensuite d'autres expéditions. Il sera maître de recherches au CNRS et chargé du département d'art préhistorique au Musée de l'Homme de Paris. Auteur d'une douzaine de livres sur le Sahara, plusieurs de ces titres concernent plus spécifiquement l'art et la "préhistoire" du Sahara.

- A la découverte des fresques du Tassili, Arthaud, Paris, 1958, 1973, 1992, 2006.

- Les gravures rupestres du Sud-oranais, Arts et Métiers graphiques, Paris, 1970.

- Les gravures rupestres de l'Oued Djerat, SNED, Alger, 1976.

- Vers d'autres Tassilis, Arthaud, Paris, 1976.

- Les chars rupestres sahariens,  éditions des Hespérides, 1982.

 

 

Lhote 1  Lhote-2.jpgLhote-3.jpg

Lhote-5.jpg

Lhote-6.jpg

D'autres chercheurs tels que H.J. Hugot ou F. Soleilhavoup, entre autres, feront paraître leurs études sur le sujet...  

Hugot-Sahara.jpg

                                                                               (éditions des Hespérides 1974)

 

 

 soleilhavoup-2.jpg

soleilhavoup.jpg

 

 

soleilhavoup-3.jpg  

 

rappelons aussi ce numéro spécial ( n°282, avril 2003) de la revue "Dossiers d'Archéologie" consacré à la Préhistoire de l'Algérie.

Prehistoire-Algerie.jpg 

 

 

Voir les commentaires

origines des Berbères (suite)

Publié le par Christocentrix

simplement pour indiquer un échantillon de la bibliographie (en français) sur le sujet.....

 

les-Altlantes.jpg

livre ancien (1883) - A première vue on supposerait une "énième" hypothèse sur l'Atlantide mais il s'agit bien de l'Atlantis (autrement dit l'Atlas géographique) et de l'histoire ancienne de cette région méditerranéenne nord-africaine (et autour). Il s'agit aussi d'histoire des peuples qui ont vécu sur cette terre dans (ou depuis) des temps très anciens. Peuples désignés ici sous un autre nom (Héviles, Gétules, Libyens) que celui de "Berbères" que l'on utilise plus facilement aujourd'hui, ou de "Numides" de nos manuels scolaires. 

 (voir la "page" spéciale créée pour la reproduction de longs passages de ce livre).

                                                                          *

 

Premiers-Berberes.jpg

                                                                       présentation de l'éditeur

premiers berberes texte

                                    (paru en France en 2000 et en Algérie en 2001)

                                                                                                           

                                                                                   *

 

Berberes-Camps.jpgGabriel Camps est professeur de l'Université de Provence, spécialiste de la préhistoire et de l'histoire de l'Afrique du Nord. Il a conduit plusieurs missions scientifiques au Sahara et dirigé de nombreuses fouilles en Afrique du Nord. Il dirige l'Encyclopédie Berbère de l'UNESCO. Il est auteur de plusieurs ouvrages sur les Berbères et sur le Sahara.

- Aux origines de la Berbérie, monuments et rites funéraires protohistoriques (1961).

- Civilisations préhistoriques de l'Afrique du Nord et du sahara (1974).

- Berbères, aux marges de l'Histoire (1980).

- Les Berbères, Mémoire et Identité (1987).

- Les Berbères - des rives de la Méditerrannée aux marges méridionales du sahara (1996) - (ouvrage ci-contre édité en 2000 par Edisud-France).

-lien :   http://www.mondeberbere.com/histoire/camps/origines.htm#linguistique

 

 

-rappelons aussi le "que sais-je"  n° 718.  (P.U.F)... dans ses deux versions, ancienne (G.H. Bousquet) puis réactualisée (J. Servier)

Berberes-2-Servier.jpg

Berberes-Bousquet.jpg 

 

 

 

liens interessants :

http://mythologie-berbere.blogspot.fr/2012/11/les-berberes-oublie-de-lhistoire.html    et autres pages.

http://www.bladi.net/forum/28506-fabuleuse-histoire-berberes-iles/

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2