Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

de la divine folie (Joseph Pieper)

Publié le par Christocentrix

 Josef Pieper, de la Divine Folie....

"Les plus grands de tous les biens nous adviennent par l'entremise d'une mania, que nous octroie à coup sûr un don divin." (Socrate)

....L'historicisme, à force de nous égarer dans des horizons sans fin, nous interdit de retrouver le chemin de chez nous. C'est ce que montre, avec une audace toute philosophique, Josef Pieper, en présentant son interprétation de la « divine folie », theia mania, du Phèdre. Le propos est aussi modeste que la taille du livre, l'auteur ne nous offrant que ses « réflexions sur le Phèdre de Platon »; pourtant, il s'agit là d'une attaque en règle contre une autre manie, celle des érudits de notre époque, qui consiste à ne trouver dans les textes du passé que ce qui ne nous parle plus puisque notre perspective sur le monde a changé. On ne s'intéresse plus au sens de l'oeuvre, un sens qui ne peut être que présent dès lors qu'il révèle un sens éternel à un homme éternel. Que pourrions-nous sentir en effet d'un parfum évanoui dont il ne reste que l'alcool? Toute la grandeur du platonisme, et au-delà de lui, de la philosophie, est là. Dévoiler une présence au coeur de cette absence creusée par le temps, par la grâce de l'anamnèse de ce qui dépasse en nous l'humain et que les Grecs qualifiaient justement de « divin ».....

.....Platon, pour sa part, n'a pas hésité à introduire la mania dans le dialogue philosophique, et par là même dans la dialectique, en refusant d'y voir une maladie pour reconnaître en elle un don divin. Ni « ivresse», ni « folie», la mania est cet enthousiasme qui révèle, non pas le vide de l'absence à soi, mais la plénitude de la présence du divin. Il nous faut donc prendre au sérieux, et non les écarter comme relevant d'on ne sait quel irrationalisme archaïque, les développements de Socrate sur les quatre formes de mania: l'extase prophétique, l'initiation cathartique, l'inspiration poétique et le délire amoureux. En rupture avec « le lessivage analytico-critique » qui affecte aujourd'hui aussi bien la poésie que la philosophie, et qui fait interdiction de poser la question de la vérité de l'oeuvre soumise au diktat historiciste, Pieper montre que la recherche platonicienne possède une valeur méta-historique. C'est parce qu'elle possède une signification en soi et pour soi qu'elle garde, malgré l'accablement des siècles, une signification pour nous.


  extrait de la préface de Jean-François Mattéi


                                   de la Divine Folie, Josef Pieper, éditions Ad Solem 2006.

Commenter cet article
C
Sous les traits d'Athena, la sagesse grecque avait personnifié l'idéal d'harmonie, de beauté et de vérité qui sommeille dans le coeur de l'homme. Athena veillait sur la Cité comme une mère sur son enfant, prête à combattre pour que l'univers des formes et des signes qui incarnent cet idéal - poésie, peinture, architecture, musique- soit toujours défendu et transmis, même au coeur des ténèbres. Car la culture est une matrice. Sans elle, l'homme ne peut accéder qu'à une humanité étiolée.
Le temps a passé. La figure a rejoint la réalité qu'elle annonçait : Athena s'est effacée devant Marie, la Sagesse humaine a rencontré la Sophia divine, et de cette union est née l'Europe, fille des Muses et de l'Esprit. Hier Athena, aujourd'hui Notre-Dame des Victoires : que nous soyons grecs ou barbares, celtes ou romains, si nous sommes fils d'Europe nous ne pouvons supposer de créativité en l'absence du principe féminin. Alors que l'Occident s'enfonce dans la nuit de ses reniements, il n'est pas de voie vers la lumière qui ne soit tracée sous le signe d'une Virgo Potens.

C'est le texte qui présente la collection Athena (chez Ad Solem). Allez savoir pourquoi j'ai eu envie de reproduire ce texte......