Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Kosovo de l'absolu (Kommen Bécirovic)

Publié le par Christocentrix


                                  "Le Kossovo, d’abord en tant qu’espace par excellence de la civilisation serbe médiévale avec ses innombrables églises, puis en tant que terre de l’épopée née de la bataille homérique qui s’y déroula en 1389 entre les armées du sultan Mourad et du prince Lazare se soldant par la victoire à la Pyrrhus des Turcs, mais aussi par l’écrasement complet des Serbes, ensuite comme l’une des provinces de l’empire ottoman où la condition des chrétiens fut des plus dures du fait de la double oppression turco-albanaise, enfin le Kossovo libéré lors de la Première guerre balkanique, en 1912, et intégré à la nation serbe après cinq siècles d’occupation, a été l’un des thèmes privilégiés d’une multitude d'auteurs français éminents ayant écrit sur la Serbie tout au long du
XIXè et dans les premières décennies du XXè siècles.

Il faudrait des pages entières pour les énumérer tous, mais bornons-nous à quelques noms prestigieux, tels que, en respectant l'ordre chronologique, celui de Hugues-Laurent Pouqueville, historien de la Grèce, prophète de sa libération; celui de Claude Fauriel, fondateur de la chaire de Littérature comparée à la Sorbonne, et interprète des chants serbes et grecs; celui d'Alphonse de Lamartine, voyageur à travers une Serbie en train de s'affranchir du joug séculaire turc; celui de Xavier Marmier, homme de lettres, membre de l'Académie française qui alla jusqu'au Monténégro sur les traces de l'épopée serbe; celui d'Auguste Dozon, diplomate dans les Balkans et l'un des propagateurs de l'épopée serbe en France; celui de Frédéric-Gustave Eichhoff, l'un des plus grands comparatistes et linguistes européens; celui de Saint-René Taillandier et de Joseph Reinach, brillants historiens de la Serbie, l'un, professeur à la Sorbonne, l'autre le plus proche collaborateur de Gambetta; celui de Céleste Courrière, historien des littératures slaves et traducteur en français du cycle des poèmes kossoviens; celui de Victor Hugo même qui lança un sublime appel Pour la Serbie, lors de la crise d'Orient de 1875 à 1878; celui d'Ernest Denis, gloire de la slavistique française, mettant en avant le caractère christique de l'Epopée de Kossovo; celui de Charles Diehl et de Gabriel Millet, historiens d'art, pères de la byzantinologie française; celui du poète Achille Millien exaltant dans des vers inspirés la bataille de Kossovo lors du cinq centième anniversaire en 1889; celui d'Edouard Schuré, écrivain mystique, auteur des Grands Initiés, profond interprète du grandiose mythe kossovien; celui d'Augustin Chaboseau, martiniste versé dans la philosophie de l'Inde, homme des missions confidentielles d'Aristide Briand dans les Balkans; celui de Frantz Funck-Brentano, historien de l’époque de Philippe le Bel, de Louis XIV, puis de la Bastille, auteur d'une version française de l'Epopée de Kossovo; celui de Victor Bérard, grand orientaliste, célèbre traducteur d'Homère, témoin avec Georges Gaulis des souffrances des chrétiens du Kossovo et de la Macédoine durant les dernières décennies de la domination turco-albanaise sur ces pays…

Je me réserve, dans un travail que je suis en train d'achever précisément sur la réception de l'Epopée de Kossovo en France, d'ajouter d'autres auteurs aux précités et de consacrer à chacun d'eux l'espace nécessaire. Une place particulière y sera accordée au vates polonais Adam Mickiewicz qui interpréta magnifiquement, dans le cadre de son cours sur le monde slave de 1841 à 1843 au Collège de France, la poésie épique serbe, en particulier la geste de Kossovo. Cependant si exhaustive que puisse paraître la présente liste, elle serait bien incomplète sans le nom d'Adolphe d'Avril, excellent traducteur, mais aussi brillant exégète de l'Epopée de Kossovo que nous offrons avec cette réédition aux lecteurs"....


       lire l'article complet : http://www.uninfinicerclebleu.com/boutique/page_45.cfm




voir aussi : http://www.kosovojesrbija.fr/fr/bibliographie/view-8.html

                     http://www.tvorac-grada.com/ucesnici/komnen/istina/komnen2.html

Commenter cet article