Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Stankovic Borisav

Publié le par Christocentrix

Pays natal (Stankovic Borisav). Edit. l'Age d'Homme.Traduit du serbe par Vladimir André Cejovic, Postface de Stanislav Vinaver. 

A l’aube du XXe siècle, tandis que dans les grandes capitales de l’Europe occidentale, des ouvriers, hier encore paysans, s’éreintent à travailler sous le joug de l’industrie, œuvrant à la promesse d’une nouvelle civilisation, dans les régions des Balkans, encore sous domination ottomane, des hommes ne cessent de revivre leur tragique soif de liberté.

 

C’est ainsi que les personnages de Stankovic portent en eux l’avènement d’une aube avortée par l’asservissement à un empire à l’agonie, et vaincue d’avance par un empire en devenir.

 

L’œuvre de Stankovic est parcourue d’hommes et de femmes qui attendent  - le miracle de la vie – jusqu’à ce que, l’âme étouffée par la réalité devenue impossible à vivre, ils sombrent dans la seule issue qui leur paraît ne pas offenser Dieu : la résignation. Seuls les plus âpres se rebellent contre l’univers, par une énergie du désespoir refont surface, et, au-delà de toute morale humaine, opposent à tous et à tout leur droit à la vie.

 

« Il rêvait d’une littérature, si je puis la nommer ainsi, faite de sèves rares et précieuses : un immense chêne humain, avec de profondes racines ramifiées dans la terre et un faîte majestueux, mais qui est blessé, et qui recouvre et protège sa plaie, jour et nuit, d’une sève résineuse odorante, son propre sang. »
                                                                                                                    Stanislav Vinaver

                                         

Peuple de Dieu suivi de Jours Anciens ( nouvelles de Stankovic Borisav)
Edit. l'Age d'Homme. Traduit du serbe par V.A. Čejović et Anne Renoue.

Ce sont des gens de peu, mendiants, vagabonds, simples d'esprit, devins, mais avec la puissance et la rudesse primitives de sa langue, le grand écrivain serbe Borisav Stanković fait surgir, derrière leur apparence quotidienne misérable, la présence inaltérable et sacrée de l'âme, comme le sculpteur, à coups de burin, arrache à la pierre l'émergence de l'être vers la lumière. Ce sont des marginaux semblables aux intouchables sacrés d'une société archaïque qui les regarde comme des choisis de Dieu et qui, lorsqu'ils meurent, s'incline devant eux avec respect.

« L'ancien, donnez-moi l’ancien ! Ce qui a le parfum du basilic sec et qui, maintenant, s'effeuille doucement.» C'est un monde disparu que fait revivre Stanković dans ses nouvelles, soumis à des lois implacables qui font taire les passions dévorantes, et les transmue en des sentiments lourds de nostalgie et de regrets. En son sein, les êtres, vierges de la marche inexorable du progrès, conservent l'innocence et la tendresse douloureuses de ceux qui, malgré eux, ne peuvent laisser le corps vivre l'âme et, par là, gardent celle-ci intacte et violente dans son impossibilité de se libérer du joug de la loi humaine, et son effroi du péché. De là naît la profonde et originelle émotion que l'on ressent en lisant ces nouvelles.


                                                                             ***

La Rose fanée
(récit de Stankovic Borisav)
Edit. l'Age d'Homme. Traduit du serbe et avant-propos de Blandine Simicevic.
Postface de Jovan Ducic traduit par Vladimir André Cejovic


Dans cette nouvelle écrite à la première personne, le grand Borisav Stanković a mis le meilleur de son art. Par petites touches emplies de mélancolie, nous revivons la magnificence d'un monde déclinant, la rigueur de sa morale et de ses rites, la puissance d'un érotisme d'autant plus envahissant qu'il est proscrit et impossible.
La Rose fanée est un grand poème du sacrifice, du pur amour et de la tradition immémoriale. C'est le testament d'une civilisation humble, fière et chrétienne que notre époque a trop hâtivement essayé d'oublier.


L'ample postface du grand poète serbe Jovan Dučić, jointe à cette édition, vient à point nommé pour situer Borisav Stanković et son œuvre dans les cadres historiques, géographiques et culturels de la littérature serbe.



                voir le site : http://www.uninfinicerclebleu.com/boutique/liste_familles.cfm?num=1&code_lg=lg_fr

Commenter cet article