Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelles oubliées (Dino Buzzati)

Publié le par Christocentrix

Dino Buzzati (1906-1972) est l'un des auteurs majeurs du XXème siècle européen. Sa production littéraire et artistique se caractérise par son étendue comme par sa diversité. Pour ne parler que de la seule littérature, Buzzati a abordé des genres très différents : du roman à la nouvelle en passant par le théâtre, la poésie, la bande dessinée. Cette oeuvre littéraire a su séduire le public français, qui demeure attaché à cet écrivain : c'est ce qu'a montré l'accueil réservé aux publications récentes, commémorant le centenaire de la naissance de l'écrivain. À cette occasion, les Éditions Robert Laffont ont voulu rééditer l'intégralité des oeuvres narratives publiées par Buzzati de son vivant. Publiées... et traduites ? Une pièce manquait au puzzle.
Nouvelles oubliées. Le volume qui porte ce titre est un recueil de nouvelles inédites en français. Il n'a pas d'équivalent dans l'édition italienne, et il n'avait donc pas, non plus, de titre. "Nouvelles oubliées" est celui qu'on lui a donné, d'abord par commodité. Puis le temps a passé, et le titre est resté. Sans doute parce que Buzzati ne l'aurait pas renié, lui qui fait évoquer à l'un de ses personnages le cauchemar du temps qui passe, qui court, qui file. Ces nouvelles oubliées sont un triomphe, modeste, sur le temps qui anéantit l'homme mais auquel les textes résistent : les plus anciens d'entre eux ont été proposés pour la première fois aux lecteurs italiens il y a plus de soixante-cinq ans. Mais ces textes n'avaient pas encore franchi la barrière des Alpes et n'avaient pas encore accédé, en France, à cette nouvelle vie offerte par la traduction.


On sait pourtant que le public français a toujours fait bon accueil à l'oeuvre de Buzzati et ce depuis 1949, l'année où il découvrait son roman le plus célèbre, Le Désert des Tartares. Les Éditions Robert Laffont sont restées fidèles à Buzzati et ont publié une très grande partie de son oeuvre en traduction française : les romans d'abord, puis les recueils de nouvelles à partir de 1960. Pour les volumes de nouvelles les plus tardifs, les éditions françaises ont suivi de quelques années les éditions italiennes, en reprenant la structure des recueils originaux (Le K, Les Nuits difficiles, Le régiment part à l'aube).

Restent les premiers titres. Comparons :

- en Italie, I sette messaggeri (1942), Paura alla Scala (1949), Il crollo della Baliverna (1954), Sessanta racconti (1958), soit quatre recueils ;

- en France, Les Sept Messagers (1969), Panique à la Scala (1989), L'Écroulement de la Baliverna (1960), soit trois recueils.

Manque Sessanta raconti et c'est ici que se trouve la clef de l'énigme.
Comme l'indique le titre Sessanta racconti comporte en effet soixante récits dont certains sont repris des recueils précédents et d'autres paraissent en volume pour la première fois.

Or, c'est en fait ce dernier recueil qui a été traduit en français, en trois volumes plus minces auxquels ont été donnés les titres des trois premiers volumes italiens (Les Sept Messagers, Panique à la Scala, L'Écroulement de la Baliverna), sans pour autant qu'il y ait concordance dans les tables des matières... Paradoxalement, c'est donc Sessanta racconti qui a été traduit, quand les trois premiers volumes ne l'étaient que partiellement, puisque dix-neuf textes furent « oubliés » par la traduction.

Les choses, on l'aura compris, sont complexes. Et davantage encore si l'on ajoute qu'à ces dix-neuf textes sont venues s'adjoindre huit nouvelles issues du recueil Esperimento di magia (1968), elles aussi inédites en France...

Aujourd'hui, ces textes sont enfin disponibles pour le plaisir des lecteurs français. En rassemblant tous les textes narratifs parus en volume du vivant de l'auteur et non traduits en français, ces Nouvelles oubliées apportent au puzzle la pièce qui manquait.......


extrait de la préface de Delphine GACHET (Janvier 2009) à "Nouvelles oubliées" de Dino Buzzati. Collect. "Pavillons". Robert Laffont, 2009.

on peut aussi voir ce lien : http://jeanraspail.free.fr/buzzati.htm

Commenter cet article