Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

André Fraigneau par Pol Vandromme

Publié le par Christocentrix

"Le chroniqueur qui fait briller sur les pages des hebdomadaires et des revues les éclairs de ses illuminations se nourrit chez André Fraigneau au romanesque qui transfigure les récits de Guillaume Francoeur. Le journalisme est ainsi le journal d'une oeuvre, fragments d'appui et de confirmation. La littérature spontanée, écrite au jour le jour et en hâte, se révèle aussi élaborée que la littérature longtemps mûrie et bonifiée par des soins continus. De même, et par voie de conséquence, ce qui a été remis sans relâche sur le métier jaillit de la même source qui répand la vivacité de son eau claire sur les pages improvisées à la fortune des jours infortunés. Fraigneau ne gaspille rien, il gagne sa vie sans perdre son art, tel qu'en lui-même dans les salles de rédaction comme dans sa « grotte », dans l'éphémère comme dans la durée. Le journaliste ne change ni de quête, ni de manière ; il accompagne l'écrivain, le commente à la dérobée, le pastichant presque ; il se sert de l'actualité pour desservir le snobisme et pour ramener la mode à Guillaume Francœur.

Deux recueils comme des tables gigognes. Le premier réunit, pour l'essentiel, les chroniques de l'Opéra que Roger Nimier dirige au début des années cinquante. Une série d'instantanés qui paraissent sous le titre général, Le Parisien de Paris, suggéré par Michel Déon et adopté par André Fraigneau. Ce Parisien-là n'accorde aucune audience au parisianisme, cette laideur fardée, cette complaisance à ce qui se porte sans importer. Tout lui interdit de flatter la bassesse attifée par l'inculture mondaine : écrivain proscrit par la confraternité germanopratine, refusant de penser par slogans, révulsé par les tournures jargonnantes et le patois bas-allemand de la philosophie en vogue, résolu à accueillir « la splendeur définitive de ce qui est éternel », à joindre « dans une harmonie sans défaut la beauté grecque au sentiment chrétien » et à découvrir « un aventurier qui négligerait le profit pour le geste, la haine pour le rire, la vulgarité pour la grâce, l'égoïsme pour l'amitié».

Sartre et Camus triomphent dans les lettres et sur la scène, prophètes de la loi nouvelle. La révolte se proclame la première des obligations civiques, l'académie Goncourt ceint de lauriers la tête dure et la prose flasque de la mère Triolet, les idées générales lestent de plomb vil l'intelligence que l'idéologie a pétrifiée, Retz passe pour un comploteur de la bande noire, les lendemains chantent le goulag dans les éditoriaux de L'Humanité stalinienne, un ennui tyrannique désertifie la terre promise.

Tel est l'esprit du temps, ses consignes comminatoires, son espérance messianique. Fraigneau vagabonde hors des sentiers battus, sans consulter les guides des circuits balisés, ignorant les sermons de Combat, le soliloque de Camus dans L'Étranger, le pataquès énigmatique de Sartre dans L'Être et le Néant, la poésie costumée d'Aragon qui habille le déserteur Thorez aux couleurs de la France patriote. Lui parle d'Achard et de Roussin, d'Arletty, de Pitoëff et de Damia, de Blondin et de Déon, de Moal et de Mourlet, bannit les adjectifs stéréotypés comme « significatif » et « culturel », fréquente le salon de Marie-Laure de Noailles, présente ses hommages respectueux à la sublime Louise de Vilmorin, détaille les fioritures de la porcelaine limousine, s'émerveille de l'invention ouvragée des orfèvres, des joailliers, des tapissiers de haute lisse. Ainsi la vie ennoblie est-elle une chose de beauté indestructible. La beauté, ce passeport pour l'éternité bienheureuse.

En 1950, Fraigneau séjourne toujours dans sa résidence littéraire de 1925, Parisien du Paris de Diaghilev, de Satie et de Cocteau, des Mariés de la tour Eiffel au Bal du comte d'Orgel ou en goguette au Boeuf sur le toit. La modernité se récrie, abasourdie : c'est un barbon, en retard d'un quart de siècle sur la mode d'aujourd'hui. Les hussards, qu'il traite en camarades et qui le regardent comme un maître, s'apprêtent à répliquer à la contre-vérité dénigrante : il y a erreur sur la personne ; c'est un jeune homme sans ride, en avance d'un quart de siècle sur la mode à venir. « À l'époque de l'avion, il est plus agréable de circuler en canot, lentement. On voit mieux, on vit mieux. » C'est la consolation suprême du réactionnaire.

Fraigneau ne polémique pas, sauf entre les lignes de ses textes d'incantation. Il invente une forme d'indifférence tranquille à la morosité ambiante. Non pas passionnée comme elle le sera chez Nimier. Non pas même, comme elle l'est déjà chez Chardonne, nostalgique à mots couverts. Ni le baroud d'un mousquetaire du roi, ni la sagesse désenchantée d'un ci-devant; l'allure d'un en-dehors, assuré de vaincre le Temps et lové dans le cristal de sa bulle, son éden séraphique. Avec lui, dans la lumière du premier matin du monde que le don d'enfance réconforte, la gaieté ragaillardit les phrases, et l'ancienne version civilisée du bonheur redevient la plus française des idées neuves.

Le second recueil, celui de l'écrivain voyageur, comme le premier, celui du Parisien de Paris, porte, des quartiers proches aux horizons lointains, l'écho de la voix de Francœur. On n'est pas dépaysé en les lisant d'affilée : le même canton de connaissance, le même registre, le même savoir-vivre avec le même savoir-écrire. L'un et l'autre, aussi bien, mettent en exergue la définition stendhalienne du romancier : un homme qui se promène un miroir à la main. Le miroir de Fraigneau renvoie le visage de sa prédilection et de sa familiarité, fil rouge tendu sur les chemins buissonniers du conte. On ne quitte jamais le livre fondateur, on y revient sans cesse. « Le journal de voyage (même quand il n'est pas, et surtout quand il n'est pas, un journal intime), c'est le roman d'un romancier. »

Fraigneau n'a qu'une boussole dans sa besace : l'instinct du voyageur. Il se fie à ce que lui indique cet instrument de découverte, de mesure et de contrôle du plaisir. Rien ne s'enseigne, ni ne s'édicte par décret. La raison, canne blanche du regard infirme, n'explique pas la magie, maîtresse du songe, éveilleuse des hasards propices, bâton de jeunesse de « la cécité clairvoyante des somnambules ». Un état d'âme, non un état d'esprit, conduit le voyageur vers la surprise miraculeuse, fait naître en lui le plus précieux des réflexes - l'étonnement, l'étonnement créateur du surréel - lui permet d'entrer « en communication directe avec l'invisible, le Féerique, l'Infini ».

L'art aristocratique de Fraigneau n'est jamais d'un père noble. Il est modérément démocrate pour mieux être intensément démophile. À Bruxelles, par exemple, le voyageur ne va pas d'emblée vers le théâtre de pierre et la fabuleuse architecture chantournée de la Grand-Place - ce sera le terme et l'apothéose de sa promenade - mais vers les lieux sans prestige où la rumeur autochtone s'épanche et bourdonne : la profusion des estaminets, la farandole des guéridons, la baguenaude des venelles, les bouffées d'odeurs de cuisine, la déambulation vibrante de la kermesse de plein air. Il juge d'abord la ville sur ses rues, sur la gaieté de son peuple (si cette gaieté est communicative, il a partie gagnée). « Bruxellois d'humeur », « évitant le pédantisme du tourisme rationnel », il retrouve, dans le septentrion des brumes et des pluies, l'exubérance ensoleillée des cités méditerranéennes de son adolescence. Pareillement, il aborde Venise dans le souvenir de son carnaval et de la commedia dell'arte. Avant de se rendre dans les musées « où le présent s'efface et nous entraîne vers le passé », il se mêle à la vie quotidienne dans le naturel de ses habitudes, étrangère aux représentations des petits-bourgeois parvenus et à l'esclavage de la fourmilière. Le roi dans ses conseils, le peuple dans ses états, chacun à sa place et à chacun son rôle, c'est la devise de la monarchie de Fraigneau qui, d'un même mouvement, récuse le despotisme, fût-il éclairé, la confusion chaotique de l'anarchie, la démocratie xénophobe.

La France n'a pas le monopole des passeurs de lumière et des allumeurs d'étoiles. La félicité terrestre entretient d'autres parcs, bâtit d'autres palais sur le marécage, atteint d'autres points d'achèvement, fixe d'autres points de mire ; Versailles et Schönbrunn, Watteau et Vermeer, Fauré et Mozart, la perfection conciliatrice, l'accolade de l'exigence à la tendresse. l'Italie descend l'Escaut, Paris essaime jusqu'en Amérique, le Rhin s'égare dans les tréfonds de l'Auvergne, selon Vialatte. Fraigneau le sait en cosmopolite sans laxisme racoleur, en Français d'avant la frénésie nationalitaire, en esthète sans oeillère. L'Europe, cet archipel ; chaque île a son trésor enfoui dans la terre ancestrale.

La barque du voyageur fait le tour des îles, établit entre elles des relais et des correspondances, multiplie les escales de l'admiration, détecte en orpailleur, rassemble les trésors épars. L'enfance baudelairienne des amoureux de cartes et d'estampes salue l'adolescence rimbaldienne obsédée par la marée des saisons et la fragilité des châteaux de sable. La beauté des choses -alliance du « dessin et de la couleur, de la rigueur et de la grâce », de l'énergie qui hausse et de l'élégance qui embellit, de l'élan de la grandeur et du goût du bonheur - doit la part inestimable de son prix à la précarité des choses de beauté. Le regard du voyageur se voile d'une mélancolie pudique, encourage le magicien itinérant à composer « un paysage figuré sur un paysage réel ». Plus proche de Nerval que de Barrès, de la poésie chimérique du voyant que du maniérisme somptueux d'un virtuose au lyrisme pommadé, Fraigneau irrigue l'intelligence de l'ardeur de son âme sensible, empêche la vie de se dessécher, la rend euphorique pour qu'elle puisse visiter convenablement le musée imaginaire du patrimoine.

On éprouve le charme sans fadeur et sans scorie - absolu, définitif - de son art visuel qui décrit comme on évoque, évoque comme on s'extasie quand on a le feu aux joues et la tête en fête. Impossible de mieux écrire sur le chevalet des peintres et la partition des musiciens, de se répéter en renouvelant la rutilance de sa palette et la ferveur de son chant, de mieux sacraliser ce que le monde moderne laïcise et de consacrer ce qu'il dévalue, en installant la littérature au sanctuaire de l'office liturgique. S'avoue le secret des coeurs simples et des âmes droites, avec en prime le mode d'emploi du talent de Francoeur : « La frivolité est un attribut indispensable aux civilisations. Elle sert de prétexte à leur naissance ; elle demeure un moteur puissant pendant leur durée ; elle témoigne en leur faveur après leur mort. »

                                                                                          Pol Vandromme.

 

 

  

Commenter cet article