Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

annuaire de l'Eglise Orthodoxe de France

Publié le par Christocentrix

Parution d'un annuaire complet de l'implantation de l'Orthodoxie en France annuaire orthodoxe Franceet qui témoigne de son expansion ces dernières années, de sa participation à la rechristianisation de la France..... 200.000 baptisés en 1990, 500.000 aujourd'hui.

L'annuaire recense et donne les coordonnés des 314 prêtres et diacres, des 220 paroisses, des 24 monastères, des mouvements et institutions, séminaires, écoles....

Il donne aussi des indications sur l'Assemblée des Evêques orthodoxes de France, les différentes représentations des patriarcats, les diocèses, les lieux de culte par départements, la presse et les médias orthodoxes. etc...

 

On peut se le procurer pour une somme modique ici : http://www.monastere-cantauque.com/annuaire-orthodoxe.html

 

Commenter cet article

christocentrix 23/05/2010 22:55


Je signale au passage l'éxistence d'une "Histoire de l'Eglise orthodoxe en Europe Occidentale au 20ème siècle" sous la direction de Christine Chaillot... Ce volume offre des chapitres sur l'Eglise
orthodoxe en France, dans les Iles britanniques, en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Belgique et au Luxembourg, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en
Suède et en Finlande.
Nous ne résumerons pas ici les quatorze chapitres du livre, mais nous nous attacherons plutôt à en tirer quelques observations générales et recoupant d'autres sources.
Tout d'abord, quelques chiffres pour situer l'importance des orthodoxes dans le paysage ouest-européen. Nous ne disposons pas pour chaque pays de statistiques précises. En France, le nombre de
fidèles orthodoxes approche les 500.000 (répartis en 220 paroisses). Dans les Iles britanniques, l'estimation est de 250.000 à 300.000, avec 217 paroisses, surtout en Angleterre. En Allemagne,
1.200.000 ( plus de 300 paroisses). En Suisse : plus de 130.000 orthodoxes, avec une cinquantaine de paroisses. Autriche : 100.000. En Belgique: 80.000 (plus un millier au Luxembourg), avec une
quarantaine de lieux de culte. Il y a environ 20.000 orthodoxes aux Pays-Bas, 80.000 en Suède. Pour l'Italie les estimations varient autour de 300.000. Espagne/Portugal : 70.000.
Le total en Europe occidentale se situant autour de 3 millions pour l'ensemble des patriarcats représentés. Tous les pays d'Europe de l'ouest ont maintenant leur minorité orthodoxe, y compris les
pays de forte tradition catholique (Espagne, Irlande, Portugal, etc...) et au point où l'Eglise doit nécessairement créer les structures pastorales et cultuelles (paroisses, diocèses, clergé,
séminaires, ...).
L'Eglise orthodoxe reste largement liée dans la plupart des pays aux migrations, et l'on peut dire que cette dynamique a connu un nouvel essor inattendu avec la disparition du "rideau de fer" et
l'arrivée d'un nombre croissant d'immigrants venus des pays post-communistes d'Europe de l'Est: dans des paroisses (notamment russes) où les descendants des immigrés de l'époque révolutionnaire
perdaient de leur importance numérique, la tendance s'est inversée avec l'arrivée des nouveaux immigrants russes. Au cours de la décennie écoulée, on a également vu le développement rapide de
nouveaux acteurs dans le paysage orthodoxe de l'Europe occidentale, par exemple l'active multiplication de paroisses roumaines dans plusieurs pays. (France, Italie, Espagne).
L'histoire des implantations des différentes Eglises orthodoxes nationales varie évidemment selon les pays. De plus, dans des pays tels que l'Espagne ou le Portugal, l'Eglise orthodoxe n'est
présente que depuis une époque récente.
Les "convertis" à l'orthodoxie constituent dans la plupart des cas une petite minorité: ceux des auteurs qui se risquent à une estimation pour leur poucentage suggèrent des chiffres dans une
fourchette qui va généralement de 1% à 3%. Mais le rôle des convertis ne se mesure pas simplement aux statistiques : au Royaume-Uni, plus de 40% du clergé est formé de convertis. En France, le
clergé de souche occidentale est nettement supérieur au pourcentage de convertis, même si le P. Jean Roberti (auteur du chapitre sur ce pays) ne fournit pas de pourcentage précis. Aux Pays-Bas, la
brève description des monastères orthodoxes montre que tous ont été fondés par des autochtones convertis.

Avec l'arrivée de nouveaux immigrants d'Europe de l'est se pose la question de la place future de l'Eglise orthodoxe en Occident. A l'heure où l'Eglise orthodoxe en Europe occidentale va de plus en
plus devoir s'interroger sur ce qu'elle veut être, ce volume publié sous la direction de Christine Chaillot contribue à une meilleure connaissance de cette réalité parfois difficile à circonscrire.