Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fraigneau/Déon...une longue amitié

Publié le par Christocentrix

Michel Déon/André Fraigneau, une longue amitié...Lettres. (édition établie par Alice Déon, La Table Ronde, 1995)
Si cette correspondance s'étale de 1948 à 1991 et témoigne d'une intimité et d'une fidélité jusqu'à la mort, l'ouvrage fait la part la plus belle aux années 1948-1968. Et bien qu'il s'agisse là de l'amitié Fraigneau-Déon, de leur goût commun pour les voyages (si ces deux hommes n'avaient pas tant aimé le voyage, il n'y aurait pas ce porte-feuille de lettres), c'est aussi un mine de renseignements sur l'évolution personnelle de ces deux écrivains, leur production littéraire et la manière dont ils se positionnaient dans les années d'après-guerre puis dans le tourbillon littéraire des années 50. (pour cette période, on le lira avec profit en complément de "Au galop des Hussards" de Ch. Millau). Il y a d'autres bonnes raisons de lire cet ouvrage, mais éclate avant tout cette fraternité cruciale de plus de quarante ans... ce bel exemple de générosité et de désintéressement. Quand l'un voyage, il écrit à l'autre. Quand il rentre au port, ils se voient dans les plus brefs délais. Et cette générosité qui rayonne autour, s'étend à d'autres...
S'en dégage l'importance de l'amitié dans la vie et l'oeuvre de ces écrivains..."on boit, on sort, mais on parle aussi de littérature, de ses propres manuscrits. Les premiers lecteurs seront les amis"...dira Fraigneau. "C'est grâce à l'hospitalité de Blondin, alors que j'étais dans la dêche, que j'ai pû écrire Je ne veux jamais l'oublier" dira Déon. Au même moment, dans la chambre voisine, mitaines au mains, Blondin écrivait l'Europe buissonnière dont il dira dans la dédicace, "que s'il l'a terminé, c'est grâce à Déon". etc...


Commenter cet article