Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

propos sur l'amitié (André Fraigneau)

Publié le par Christocentrix

[précédé d'un exposé de Fraigneau sur l'amitié Wilde-Douglas et Verlaine-Rimbaud].....

..."C'est le tragique du coeur actuel. L'amitié est l'aventure la plus invraisemblable, la plus impossible de ce siècle. C'est la grandeur de ces couples de l'avoir tentée. L'amitié est traquée par le monde et assassinée par ceux-là mêmes qui se sont réunis contre le monde. Les soupçons et les équivoques de l'extérieur la salissent au point de la rendre impossible à la plupart. Mais quand on a tout surmonté, qu'on a piétiné le monde ignoble, secoué ses crachats, qu'on s'est arraché soi-même à l'emprise de la calomnie qui comme une force d'envoûtement finit par rendre vrai le soupçon absurde, quand on a parfait le désert autour de deux coeurs, alors c'est au principe de l'union de ces deux cœurs, à sa faiblesse que cette union doit sa ruine. Quand il ne peut y avoir assassinat, il y a suicide. L'amitié est impossible dans le siècle comme l'amour, parce que comme l'amour et plus que lui c'est un sentiment désintéressé. Chacun s'efface : c'est un acte gratuit, un acte qui ne coûte rien, voilà ce qu'on ne saurait dépasser: un acte qui ne rapporte rien. Voilà le maximum de la largesse. Or l'amitié est de tout donner à qui l'on aime et ne rien demander en retour. Douglas a bien voulu donner son argent, mais que Wilde le trahisse, il fait ses comptes, et que Wilde pense se sauver ou seulement soulager sa peine en accablant Douglas, voilà Douglas démoli. Ainsi Rimbaud abandonne Verlaine et Verlaine oublie la précieuse vie en tirant un revolver qui assassine sa propre humeur.
Nous ne saurions, nous, oublier l'effort pour sortir du siècle, pour le piétiner, la soif vers cette source antique et puis chrétienne de l'amour, et la défaite par la trahison à l'intérieur, comme une fois tout organisé pour l'exécution de l'œuvre sublime une corde du violon se brise, alors que tout sacrifice a été fait, que tout pour le siège est paré, voici le terrible: nous ne sommes pas si forts. Voilà la tragédie Wilde-Douglas, Rimbaud-Verlaine." (1926)


[ailleurs...] Amitié - Autrefois, des coussins pour se reposer, un verre pour boire, une cuvette pour vomir. Aujourd'hui des membres, des antennes qui me prolongent et font partie de moi. Leur vie est à moi. Qu'un ami souffre, c'esr comme si j'avais le doigt pris dans une porte.

L'amitié à la Wilde, à la Verlaine, deux verres qui essaient de boire l'un dans l'autre. Il ne peut en résulter que de la casse.

Les amis trahissent en se mariant, en s'établissant. Mais s'ils n'avaient pas employé autrefois toutes leurs forces à notre service, ils n'auraient pas eu à en retirer une partie. La différence que nous sentons est la seule mesure et la seule preuve de l'amitié. Un indifférent ne trahit pas. (1926)


extraits de "Papiers oubliés dans l'habit" Carnets 1922-1949. Editions du Rocher, 2001.


Commenter cet article

christocentrix 13/10/2009 01:18


Rappelons que Fraigneau, né en 1905, a 21 ans quand il écrit celà. Ces propos ne représentent pas tout ce qu'il a écrit et vécu sur ce sujet. Son oeuvre témoigne qu'il n'a jamais cessé d'explorer
cette question et encore moins de la vivre.
« je crois fermement que si nous étions plusieurs à composer un filet noué de nos veines, si l'on pouvait créer une
chaîne de fluide entre ces quelques-uns qui ont connu l'invitation à la grandeur, les choses n'auraient qu'à bien se tenir et plus d'une étoile serait prise.»