Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souverainement

Publié le par Christocentrix

"Avec Dieu on ne tient pas une conversation... Mais ceci est juste pourtant à deux points de vue: d'abord en ce que la prière est un entretien entre Dieu et l'âme, et ensuite en ce que, dans cet entretien, une certaine langue est parlée : manifestement celle de Dieu. La prière est un entretien, et non un monologue de l'homme devant Dieu. Il n'y a, à la longue, d'une manière générale, pas de parole solitaire; parole signifie face à face, échange des pensées et des âmes, union dans un esprit commun, dans la vérité possédée en commun et partagée. La parole suppose un Je et un Tu, elle est leur manifestation mutuelle. Et l'homme dans la prière ne parle-t-il pas à un Dieu qui s'est depuis longtemps manifesté à l'homme dans une Parole si puissante et si compréhensive qu'elle ne peut absolument pas devenir du passé, mais continue à retentir comme présente à travers tous les temps?  Plus un homme apprend à prier comme il faut, plus il éprouve profondément que son balbutiement vers Dieu n'est qu'une réponse à la parole que Dieu lui a adressée, donc aussi qu'est vrai ce second point : l'on ne peut s'entendre entre Dieu et l'homme que dans la langue de Dieu. Dieu a d'abord commencé à parler, et c'est seulement parce qu'il s'est « extériorisé » que l'homme peut « s'intérioriser » vers Dieu. Que saurions-nous dire à Dieu, s'Il ne s'était lui-même auparavant communiqué et découvert à nous dans sa Parole, de telle sorte que nous ayons accès à Lui et commerce avec Lui?  Et que nous puissions regarder dans son intimité et y entrer, entrer dans l'intimité de la Vérité éternelle, pour devenir nous-mêmes, en présence de cette lumière qui nous inonde, venant de Dieu, lumineux et transparents devant lui?

Soudain nous le savons comme une certitude première : la prière est un entretien, dans lequel la Parole de Dieu a l'initiative et dans lequel nous ne pouvons tout d'abord être que des auditeurs. Et voici ce qui décide de tout : que nous percevions la Parole de Dieu, et qu'à partir de sa Parole nous trouvions la réponse à lui adresser. Sa Parole est la Vérité, découverte pour nous. Car dans l'homme il n'y a aucune vérité définitive, ne soulevant plus de questions; il sait cela, celui qui, quêtant une réponse, lève les yeux vers Dieu et se dirige vers lui. La Parole de Dieu est l'invitation qu'il nous adresse d'être avec lui dans la vérité ...[...]... La Parole de Dieu est finalement Lui-même, ce qu'Il a de plus vivant et de plus intime : son Fils unique, qu'Il a envoyé dans le monde. Dans son Verbe, il a résolu pour nous toute question, Il a dispensé toute lumière que nous sommes capables de saisir en cette vie. Mais nous ne le cherchons pas assez là où il nous attend, et où nous pourrions le trouver : dans son Fils qui est son Verbe. Nous n'écoutons pas assez du côté où Dieu parle : là où la Parole de Dieu a retenti dans le monde d'une manière si unique et si définitive que celà suffit pour tous les temps et que tous à la fois ne l'épuiseront pas. Ou bien nous pensons que la Parole de Dieu a déjà si longtemps retenti sur terre qu'elle est presqu'usée, que bientôt c'est le tour d'une nouvelle parole, et que nous aurions le droit d'exiger une autre parole. Et nous ne remarquons pas que c'est nous, nous seulement, qui sommes les usés, les vieillis, tandis que la Parole de Dieu retentit d'une manière toute aussi vivante et originelle, et tout aussi proche de nous que jamais ...[...]...

On ne peut percevoir aucune parole particulière de Dieu sans entendre le Fils qui est LA Parole, on ne peut pas non plus fouiller dans les écrits de l'Ancien et Nouveau Testament, dans l'espoir de tomber sur quelques vérités, si l'on est pas disposé à se prêter à la rencontre immédiate avec Lui, cette Parole personnelle et libre, qui s'adresse à nous souverainement. Ce ne sont pas seulement les « paroles variées de bien des manières » de l'Ancien Testament, mais tout autant les paroles dispersées à travers la création, balbutiées et murmurées en elle, les paroles de la nature en ce qu'elle a de plus grand et de plus petit, les paroles des fleurs et des animaux, les paroles de la beauté subjuguante et de la terreur paralysante, les paroles multiples et confuses, pleines de promesses et de désillusions, de l'existence humaine, qui toutes ensemble appartiennent à l'unique Parole éternelle et vivante, faite homme pour l'amour de nous, et sont absolument sa propriété. Et par conséquent elles sont administrées par Elle, et elles doivent être interprétées exclusivement à Sa lumière. Aucune d'entre elles ne peut être entendue et comprise autrement que sous Sa conduite; aucune d'entre elles ne peut être une parole propre, détachée de l'unique Parole, à plus forte raison, être une parole d'objection contre cette unique Parole."

« Qui n'est pas pour moi est contre moi; qui ne récolte pas avec moi disperse. »

extrait de "la Prière Contemplative". Hans Urs von Balthasar.1958.

Commenter cet article