Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ernest Psichari

Publié le par Christocentrix

Ernest PSICHARI (1883-1914)

Jeune écrivain mort parmi les premiers officiers de la Grande Guerre (un des représentants de cette génération de la revanche décimée en 14-18) Psichari est une figure étonnante et paradoxale des milieux intellectuels du début de XXème siècle. Petit-fils d'Ernest Renan, fils du fondateur de la Ligue des Droits de l'Homme pendant l'affaire Dreyfus; issu d'un milieu irreligieux et anti-militariste il grandit dans le monde qui enfanta l'intelligentsia de gauche. Pourtant il fera partie de ces jeunes brillants intellectuels convertis ou revenus à la religion catholique après une grave crise morale comme Claudel, Péguy, Maritain, et bien d'autres...

Né à Paris, où il fera ses études et obtiendra sa licence de Lettres en 1903, sa jeunesse se formera dans une atmosphère familiale totalement agnostique, teintée du socialisme utopique de l'époque. Très jeune, avec son père et Jacques Maritain, il participe activement aux universités populaires et milite en faveur de Dreyfus.

En 1903, après une maladie et semble-t-il une déception amoureuse, il traverse une crise intérieure et abandonne la vie facile qu'il menait dans une famille aisée et connaît une période d'errance, de misère et de faim. Il décide de s'engager dans l'Armée où il trouve le cadre de vie rigide et la discipline qu'il souhaitait ainsi que l'activité physique et l'idéal d'ordre et d'autorité qu'il recherchait après cette évolution. Il participe au projet d'expédition au Congo préparé par le Commandant Lenfant, colonial expérimenté. En 1906, il est versé dans l'artillerie coloniale comme maréchal des logis de l'expédition du Cdt Lenfant dans le Haut-Logone (Congo français) et au sud du Tchad. (découverte des grandes sources du centre africain). De retour en France en 1908, il publie les souvenirs de sa mission dans un premier ouvrage : Terres de soleil et de sommeil qui lui vaut un prix de l'Académie française. (Ce n'est qu'en 1948 que seront édités ses Carnets de route pour cette même période). Médaillé militaire et sous-lieutenant en 1909, tout en s'attachant à ses fonctions d'officier, il commence à rassembler les éléments de l'Appel aux armes, à la fois roman autobiographique et méditation sur l'état militaire (qui ne sera publié qu'en 1913). Envoyé en Mauritanie en 1910, il participe à la pacification de l'Adrar en prenant le commandement d'un peloton méhariste et nomadise jusqu'à fin 1912. Durant ce séjour au désert, il approfondit ses réflexions morales puis religieuses sur le Christianisme face à l'Islam. Il y acquiert la foi catholique. Sa vie nomade et son évolution spirituelle sont relatées dans le Voyage du Centurion (qui paraîtra en 1915, après sa mort) ainsi que dans Les Voix qui crient dans le désert (paru en 1920). En 1913, Psichari se convertit et reçoit le baptème catholique. Peu après, il est admis dans le tiers-ordre dominicain. Réaffecté au 2ème Rgt d'artillerie à Cherbourg sous les ordres du Colonel Lenfant, il y termine ses écrits.

 

Mobilisé en première ligne dès le début de la Guerre, il y fera le sacrifice de sa vie, le 22 août 1914. Ses écrits qui paraîtront après sa mort, qui sont une contribution à l'histoire coloniale française, relatent aussi le dernier cheminement de sa conscience religieuse et de sa réponse à l'appel de la grâce. Il y avait écrit qu'il considérait que sa mission était de racheter la France par le sang et évoqué son désir de mourir pour la patrie. La dimension religieuse est décisive dans ce désir de sacrifice.

Droiture, devoir, patriotisme, honneur, piété et pour finir sacrifice, Psichari a été tout celà. Sa mort prématurée lui conserve une éternelle jeunesse et sa vie s'offre en exemple. Sa mort marque son entrée dans le patrimoine historique de la France où il occupe une place de choix. Elle inaugure une nouvelle mythologie de la mort : celle-ci devenant le moment privilégié de l'héroïsme. Dans le cas du Lieutenant Psichari, cet héroïsme découle de deux sources intimement mêlées, celle de la gloire militaire et du sacrifice chrétien.

 

Bibliographie de l'auteur :

-Terres de soleil et de sommeil. (1908)

-l'Appel des armes. (1913)

-le Voyage du Centurion. (1916)

-les Voix qui crient dans le désert. (1920)

-Lettres du Centurion. (Correspondance publiée en 1933)

-Carnets de route. (publiés dans un des 3 volumes d'une réédition des Oeuvres complètes de Psichari aux éditions Louis Connard, 1948).

 -Tous les titres d'Ernest Psichari ont été publiés et réédités aux édit. Louis Connard, depuis l'origine jusque dans les années 40. Il existe une ancienne édition en Livre de Poche (1962) de "Voyage du Centurion". "Carnets de Route" ont été réédités aux éditions l'Harmattan en 2008. 

Bibliographie sommaire à propos d'Ernest Psichari :

-MASSIS (Henri) : Vie de Ernest Psichari (1916). Notre ami Psichari. (1936).

-DANIEL-ROPS : Psichari. (1922)

-PSICHARI (Henriette) : Ernest Psichari, mon frêre. (1933)

-GOICHON (A.M) : Ernest Psichari ; documents inédits. (1933)

-CHEVALIER (Irénée) : la Vocation de Psichari. (1937)

-LAUZIERE (A) : le Lieutenant Psichari. (s.d)

-DELHAYE (Philippe) : Ernest Psichari, soldat chrétien. (1944)

-QUINARD (Claude): Psichari, soldat d'Afrique (1944)

-PEYRADE (Jean) : Psichari, maître de grandeur. (1947)

-PEDECH (Paul) : Ernest Psichari ou les chemins de la grâce.(Téqui, 1988).

-NEAU-DUFOUR (Frédérique) : Ernest Psichari, l'ordre et l'errance. (Cerf, 2001). avec une bibliographie très détaillée. (revues, archives, thèses...).

-MOUTOUH (Hugues) : Ernest Psichari, l'aventure et la grâce. (éditions du Rocher, 2007). ( avec bibliographie détaillée).

Commenter cet article