Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #sang de france et ames de feu tag

quatre lieutenants français

Publié le par Christocentrix

                                                                 _

 

Voir les commentaires

Soutane noire, béret rouge

Publié le par Christocentrix

L'auteur de Soutane noire et Béret rouge, l'aumônier parachutiste Paul Jeandel est né le 11 mai 1921, à Vaudemont, en Lorraine. Sa vocation de prêtre, l'amène à entrer au petit séminaire de Bosserville. Son esprit scientifique et une vocation affirmée l'encouragent à choisir un ordre enseignant, l'Oratoire. Paul Jeandel fera le noviciat, puis le scolasticat de l'Oratoire, d'octobre 1940 à juillet 1948. Ses études théologiques se poursuivront, conjuguées avec celles qui lui apporteront sa licence de mathématiques, interrompues seulement par son service militaire au 25ème d'artillerie à Thionville en 1946-1947.

Paul Jeandel est ordonné prêtre le 5 juillet 1948.Soutane noire béret rouge

Après une année scolaire au collège St-Erembert, à St-Germain-en-Laye, en 1948-1949, le R. P. Jeandel, à qui les fonctions de professeur et d'économe n'apportent pas un rythme de vie assez actif, sollicite de son supérieur l'autorisation de devenir un aumônier militaire. Le 1/2/1950, il est aumônier de la division de Constantine et le 30 mai il est breveté parachutiste.

Quelques mois plus tard, c'est le départ pour l'Indochine.  Là, l'aumônier militaire Paul Jeandel donne la mesure de ses qualités d'homme et de prêtre. Il est avec les parachutistes dans tous les combats du Tonkin, étayant leur moral, transportant les blessés et assistant les mourants. Son courage souriant fait merveille à Hoa-Binh, en pays Thaï, dans le Ba-Vi, à Phat-Dien, à Vinh-Yen et à Viet-Tri.

Le 17 octobre 1952 il est parachuté avec le bataillon du Commandant Bigeard à Tu-Lê (Pays Thaï). A l'occasion de ce vingtième saut qui est aussi son troisième saut d'opération, l'aumônier Jeandel sera capturé par les Vietminhs, pour n'avoir pas voulu abandonner les blessés. Sa captivité durera jusqu'au début de septembre 1954.

Après de longs mois d'hôpital il reprendra son ministère d'aumônier militaire et en juin 1955 il sera aumônier principal des parachutistes et directeur de l'Entraide Parachutiste.

Trois citations pour le service de la France en Indochine. La dernière lui a valu la croix de chevalier de la Légion d'honneur :

Aumônier militaire qui a donné le plus bel exemple d'esprit de sacrifice au cours des combats menés par le 6ème R.P.C. le 20 octobre 1952 à Tu-lê (pays Thaï). Volontaire demeuré à l'arrière-garde de l'unité aux prises avec des forces adverses très supérieures en nombre, s'est dépensé sans compter auprès des blessés qu'il a secourus tant matériellement que spirituellement. S'est placé au premier rang des combattants parachutistes engagés à Tu-Lê et sur la Rivière Noire, du 16 octobre 1952 au 24 octobre 1952.

Le cas de conscience du prêtre-soldat prisonnier évoqué par l'aumônier Jeandel dans les chapitres qu'il consacre à sa vie de captif dans les geôles vietminh et les violents débats intérieurs dont il a dû triompher, fait de « Soutane noire et Béret rouge » un remarquable témoignage. (Editions de la Pensée Moderne, 1959).

 

soutane-noire-beret-rouge-2.jpg

                                                               

                                                                  *

une interview archives vidéos INA ici :

http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/CPF86644611/un-aumonier-parachutiste.fr.html#

 

Voir les commentaires

Pierre Guillaume

Publié le par Christocentrix

Pierre-Guillaume.jpg

texte-Pierre-Guillaume.jpg

photo-Crabe-tambour.jpg

 

crabe-tambour.jpg

Voir les commentaires

Pierre Delhomme

Publié le par Christocentrix

pierre-Delhomme.jpg

texte-Delhomme.jpg

Voir les commentaires

Hervé de Blignières

Publié le par Christocentrix

 

de-Blignieres.jpg

 

texte-Hde-B--tourmente-.jpg

 

 

 

hervé de Blignières

 

                                                                                       éditions du Fuseau, 1966

texte-Foi-centurion.jpg

Voir les commentaires

Martyrologe de l'Algérie Française

Publié le par Christocentrix

                        quelques uns, parmi des centaines d'autres....

gavaldon - Escolano

 

Escriva

Oierre-Bohn.jpg

                                                                                              Pierre BOHN

 

 

de-Brem.jpg

 

Dovecar.jpg

 

                 GLOIRE et HONNEUR à tous les héros de l'Algérie Française

                                                                        

Voir les commentaires

Ernest Psichari - Carnets de route

Publié le par Christocentrix

 

carnets-de-roure-Psichari.jpg

éditions l'Harmattan, 2008.

                                                                 *

        le "Voyage du Centurion"  a été réédité aux éditions Saint-Lubin, 2008

 

voir aussi sur ce blog ; article "Ernest Psichari  : http://christocentrix.over-blog.fr/article-25093592.html

 

 

Voir les commentaires

Victoire sans tête, morts pour rien, ah! si Péguy était là ! (Henri Massis)

Publié le par Christocentrix

Hélas! ne dis plus mot, mais dis-moi tout d'abord : Est-ce qu'il est mort, le fils de Pélée ? répond Néoptolème à Philoctète qui lui demande où sont les chefs des Grecs, ses anciens compagnons. - Il est mort...  A chaque nom héros des héros de la guerre prononcé par « l'abandonné de Lemnos », depuis cinq ans séparé du monde, le jeune fils d'Achille répond : Il est mort.  - Ajax ? - Il est mort. - Patrocle ? - Il est mort.

C'est ainsi que « le plus émouvant des poètes grecs » - comme l'a qualifié Bainville - avait exprimé la solitude où nous laisse le départ des meilleurs d'entre les nôtres. Quels vides dans nos rangs ! Péguy mort, Psichari mort, Alain-Fournier mort, Joseph Lotte, Emile Clermont, Pierre Gilbert, André du Fresnois, morts... Et il n'y avait pas dix ans que notre ami Paul Drouot avait été tué que, pensant à lui comme à tous ses pareils, certains de nous pouvaient déjà se demander : « Ce monde où vous n'êtes plus, qu'en pensez-vous aujourd'hui ? Les hommes sont travaillés par un obscur remords de leur vertu... Sensible comme vous l'étiez, supporteriez-vous sans désespoir le spectacle de ce monde qui se couche pour dormir ? « Dans cette universelle négation de tous les souffles qui nous animaient quand nous combattions, disait aussi Emile Henriot en songeant à celui que nous avions perdu, nous commençons à nous demander si, comme tous les autres, Drouot n'est pas mort pour rien ! »

La France semblait ignorer sa victoire - cette victoire difficile à acquérir, magnifique dans son ampleur, mais, qu'après avoir gagnée, il s'agissait de faire passer dans la substance, dans la vie de la nation. En littérature, c'était la même cécité : la victoire y semblait non avenue; aucune oeuvre, ou presque, ne la traduisait, ni même ne la transposait. Les « termes à la mode de cet après-guerre étaient gratuité, alors que tout venait d'être payé si cher, et disponibilité, alors que s'engager est le propre de l'homme ». Rien qu' « une morne complaisance dans ce que la vie a de plus sordide, une délectation à proclamer l'universelle veulerie, un abandon à la nausée »! Tout semblait vaciller dans la faiblesse mentale, la confusion, l'inconscience ou pire encore. En politique, les confusions étaient pareilles : les illusions et les mécomptes participaient d'une même démission. Trop de français, et parmi les meilleurs, avaient pensé que la victoire de 1918 - cette « victoire sans tête », disait Lyautey - améliorerait automatiquement, mécaniquement, le moral français, par une sorte d'opération secrète, par une évolution spontanée des âmes saisies au vif de la beauté du sacrifice et touchées d'une nouvelle contagion. C'est parce que trop d'esprits, trop d'hommes parfaitement honorables et parfaitement patriotes, mais sans idées, sans doctrine, ont fait confiance au cours fatal des choses pour le bien qu'ils en attendaient, que nous avons perdu cette victoire si difficilement acquise. « Croit-on, disait alors Maurras, croit-on que cette défection de l'esprit national n'ait pas impressionné la jeunesse? Croit-on que ce suicide public de ceux qui incarnaient le patriotisme n'ait pas créé quelque scepticisme à l'endroit de l'idée de patrie? »

                                                                                 *

C'est alors qu'entre tous nos morts nous comprîmes combien Péguy nous manquait. « Ah! Péguy, disions-nous alors, que n'êtes-vous là pour nous dire ce que c'est qu'une victoire - et tous les sens, toutes les formes, tous les synonymes français, latins, chrétiens, humains, classiques et romantiques aussi, de ce beau mot que vous n'eussiez pas voulu qu'on dérobât à ce pays? Contre tous ceux qui, à la faveur du désarroi engendré par une mauvaise paix, affirment que la victoire n'en est pas une, contre ceux qui prétendent qu'il n'y a rien de changé dans notre âme, dans notre esprit, dans le goût de la vie, inlassablement vous l'auriez repris ce mot - et ils auraient bien fini par comprendre de quoi il s'agissait et ce qu'il imposait !

« Pendant des pages et des pages, au long de Cahiers tout entiers, les séries s'ajoutant aux séries, et sans jamais vous arrêter, vous lui auriez restitué tout son suc, toute sa chair, toute sa réalité!  Vous auriez appelé tous nos saints à la rescousse, sainte Geneviève et saint Louis et sainte Jeanne d'Arc, remué toute notre histoire, tout le passé de la France, réveillé tous nos morts, les soldats de nos rois et les volontaires de la République et les vétérans de l'Empereur, cité Corneille, Hugo, et vous auriez conclu : « Voilà ce que c'est, mes enfants, qu'une victoire ! ».

« Vous n'eussiez pas laissé s'obscurcir cette claire évidence sous les piperies et les mensonges. Vous nous eussiez montré que nous n'avions eu qu'un armistice, une chose qui, en fait, ne conclut pas, parce qu'elle ne définit rien et laisse place à la contestation, à la querelle... On l'a bien vu par la suite. Vous eussiez dénoncé toutes les équivoques, tous les faux semblants de la paix, de cette paix traduite qui n'a pas été rédigée dans le même style que la victoire. Vous nous eussiez démontré comment la langue dans laquelle a été écrit le plan d'attaque de 1918 n'est pas celle qui a conclu la paix de 1919, et que cela explique bien des choses! Vous nous en auriez dit - que n'eussiez-vous pas dit ? - et nous vous aurions cru, nous et nos cadets, ceux qui nous suivent et qui ne peuvent nous comprendre quand nous nous écrions : Ah! si Péguy était là!...

Nulle absence ne nous laissa un pareil vide. Nous le cherchions sans cesse, nous en avions un tel besoin! Ceux qui avaient connu Péguy, qui avaient vécu dans son amitié, que sa ferveur avait éveillés, pouvaient nous entendre. Mais les autres, comment leur expliquer, leur faire sentir ce qu'était une telle présence et ce qu'elle aurait pu être encore ?... Car, en ces années vingt, on ne lisait plus guère Péguy! Ses Cahiers étaient introuvables et les nouveau-venus n'y discernaient qu'un fastidieux amas verbal. Il leur manquait, pour restituer à son oeuvre, la chaleur, la prodigieuse vie qui la sous-tend, d'avoir entendu le son, la voix de cet étonnant petit homme! Car Péguy n'a pas laissé de système, une certaine théorie qu'on puisse apprendre, étudier. Il n'était qu'un témoin, un témoin du plus profond passé, une référence unique sur la plus vieille race française, encore pure et intacte, un paysan de chez nous que le hasard avait fait vivre au lieu même où s'élaboraient les idées qu'universitaires, intellectuels, politiciens jetaient dans le monde à une des heures les plus confuses de notre histoire morale.

Péguy, c'était l'homme des crises, celui qu'au tournant on interroge, le paysan qui sait son pays, le nom des choses, les moeurs, les gens. Les tempéraments de cette espèce dont les vibrations semblent accordées aux réalités de la race, quels guides irremplaçables! Ah! le précieux individu ! Que ses fièvres, ses sursauts, ses colères nous ont donc enseignés! Il nous offrait ce singulier mélange de fureur et de rage, uni à beaucoup de générosité et à beaucoup d'amour, qu'on trouve dans ce peuple dont il était, dont il tenait à être : c'était ce même composé mystérieux, ce même ferment vital, qui féconde et soudain fructifie ! Oui, toute une fécondité sortait de lui. Il donnait, il transmettait tout ce qu'il avait reçu, car tout venait du fond, de la substance de sa vie. Quand il parlait, on entendait la voix, le conseil de tout un peuple avec lui, derrière lui. Il avait toute l'ancienne France, toute l'histoire, toute la morale chevillées à l'âme. Et lorsqu'il parlait de la France, il en parlait comme de lui-même. Les vertus, les qualités qu'il lui trouvait, c'étaient les siennes : la vaillance claire, la rapidité, la bonne humeur, la fermeté, un courage opiniâtre, mais de belle tenue, fanatique à la fois et mesuré, forcené ensemble et pleinement sensé; une tristesse gaie, un propos délibéré, une résolution chaude et froide, une docilité et une révolte constante à l'événement, une impossibilité à prendre son parti de rien.

« On ne peut pas, disait-il, un ne peut pas s'empêcher d'aimer cette France : on ne peut pas s'empêcher d'aimer la terre de ses pères plus que toutes les autres terres du monde! ». Réapprendre la France, voilà le propre de Péguy, ce qui avait été sa mission parmi nous, et nul ne s'y entendait comme ce paroissien d'Orléans, comme ce paysan des côtes et des sables de Loire. Car la France de Péguy, ce n'est pas une idée, une notion, un esprit sans corps, une chose sans matière, c'est tout un grand peuple vivant, réel. La France de Péguy, ce sont des pays, la Loire, la Beauce, Paris, ce sont des arbres, des labours, des clochers, ce sont nos jardins, nos vignes, nos treilles, nos allées, nos maisons. Oui, Péguy est « le seul poète de nos blés », le seul qui soit réellement revenu au ciel français, au sol français, aux travaux français.

Un seul monde le trouva infidèle - celui-là même qui renia toute fidélité, le monde moderne, le monde de ceux qui ne croient plus à rien, le monde de ceux qui ne se dévouent à rien, exactement le monde de ceux qui n'ont pas de mystique. Et quand les hasards de la vie le placeront parmi les perversions et les contaminations du monde moderne, Péguy, lui, retrouvera sa volonté intacte; il lui suffira de se découvrir lui-même, de se déclarer ce qu'il était : « Je serais un grand sot, disait-il, de ne pas me laisser faire, de ne pas me laisser redevenir, reconquérir paysan. C'est mon seul atout temporel. Cette âpreté paysanne qui se réveille, qui me remonte, me fait un engagement, un commandement, une exigence, de ne rien laisser perdre de ce faible, de cet immense avantage temporel. » ; De là que Péguy pouvait dire aussi : « Nous avons toujours continué dans le même sens : il n'y a dans notre carrière aucun point de rebroussement, de conversion... Nous avons constamment tenu la même voie droite : c'est cette même voie qui nous a conduit où nous sommes »; Car ce n'est pas en revenant que Péguy retrouva la route chrétienne et française, il l'a trouvée au bout. « Nous avons pu être avant la lettre, disait-il en 1912, nous n'avons jamais été contre l'esprit... Notre préfidélité invincible aux moeurs chrétiennes, à la pauvreté, aux plus profonds enseignements de l'Évangile, notre obstinée, notre toute naturelle, notre toute allante préfidélité secrète nous constituait déjà une paroisse invisible ».

Et voilà pourquoi, lorsque Péguy, par un approfondissement de plus en plus sévère de son être religieux, se découvre catholique, il ne s'en explique pas. Il n'y a rien de changé dont il lui faille se justifier : rien qu'une décision prise. Il ne fait que suivre sans résister les indications de sa nature qui le replace dans sa vraie « famille mentale et sentimentale » : le catholicisme. Aussi lui suffit-il de déclarer : « Aujourd'hui je puis dire que la métaphysique de nos maîtres n'a plus pour nous ni pour personne aucune espèce d'existence. Nous croyons intégralement ce qu'il y a dans le catéchisme, et c'est devenu et c'est resté notre chair. » Et Péguy aussitôt le prouve, non pas en démontrant en raisonnant, mais en produisant, en créant, en mettant tout ce qu'un homme peut mettre dans des oeuvres où les vérités de la foi semblent avoir une jeunesse, une force renouvelées et « apparaissent toute allantes, toute bienvenantes, évidentes comme la clarté du jour, fraîches comme la rosée, nourricières comme le bon pain - vraies d'une vérité qui pour franchir la matérialité des êtres, la dépasser, pénétrer jusqu'à l'âme, jusqu'au sacré, n'en est pas moins la réalité de chacun de nos jours ».

Tout ce qui n'est pas réel n'est pas Péguy : il possédait, en effet, ce don merveilleux de rester dans le réel en transcendant l'humain. « J'aime, disait Alain-Fournier à Jacques Rivière au moment où parut le Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc, j'aime cet effort pour faire prendre terre, pour qu'on voie par terre, pour qu'on touche par terre l'aventure mystique, cet effort qui implique un si grand amour. Péguy veut qu'on se pénètre de ce qu'il dit jusqu'à voir et à toucher ». C'est ainsi que toute une jeunesse trouva chez Péguy les paroles de vie et la révélation de cette Grâce dont elle avait l'émouvant désir.

L'oeuvre de Péguy, fleurissant dans ce climat d'aridité moderne, avait été le pressentiment tout à coup dévoilé d'une grande renaissance spirituelle. « Elle avait été taillée dans l'étoffe dont Dieu se sert pour faire les héros et les saints dira Bergson. Les héros, car dès sa première jeunesse, Péguy n'eut d'autre souci que de vivre héroïquement; les saints aussi, ne fût-ce que par ce qu'il partageait avec eux, qu'il n'y a pas d'acte sans signification, que tôt ou tard il devait venir à Celui qui prit à son compte les péchés et les souffrances de tout le genre humain ». C'est ainsi que Péguy a été à l'origine de toute une renaissance catholique, et conjointement d'une renaissance française, car on ne saurait dire quel sentiment fut antérieur en cette âme de l'amour de la France ou de l'amour de Dieu. En accomplissant cette réintégration totale, Péguy les avait retrouvées unies par une mystérieuse accointance, unies dans son coeur, unies dans la réalité même. Et Péguy ne fut si profondément chrétien que parce qu'il était si profondément français. En tombant dans la plus fervente des guerres, il dit le dernier mot de la phrase ardente qu'il avait répandue sur la France, le mot incontestable qui l'achève et qui lui a donné à lui, Péguy, sa figure d'éternité!

A l'heure où cette grandeur était remise en cause, où l'héroïsme de Péguy allait bientôt ne plus sembler qu'un « lieu commun » qui ne pouvait plus que lui « causer du tort », comment n'eussions-nous pas regardé du côté de Péguy, de Péguy qui avait imprégné notre esprit, qui avait été et qui restait le conducteur de nos âmes ? Pouvions-nous oublier que c'était sur notre génération - celle qui eut ses vingt ans vers 1905, l'année où parut Notre Patrie - que Péguy avait reporté toute son espérance? C'est pour nous qu'il avait travaillé, pour que nous nous installions dans son travail, pressentant ce que serait notre destinée, et qu'il fallait nous déblayer la route, nous découvrir le dépôt sacré et français. « Il ne faut pas désespérer, écrivait-il en 1913 à son ami Lotte. Notre pays a des ressources inépuisables. La jeunesse qui vient est admirable ». Aussi en nous écriant : « Si Péguy était là ! » en en appelant à ce Péguy toujours vivant et qui pouvait redevenir agissant, nous avions ajouté : « Cette confiance, ce crédit que Péguy nous avait ouvert éternellement, nous engage. Nous appartenons à la dernière promotion de ceux qui ont connu Péguy, qui ont reçu son investiture, qui ont été ralliés, ordonnés par lui. Cela c'est une certitude, c'est une réalité, la certitude d'une réalité ». Elle nous imposait de faire front à nouveau, de dénoncer sans relâche ceux qui démoralisent notre peuple comme les auteurs directs des désastres qui peuvent une fois encore arriver à ce peuple.

                     Henri Massis. Extrait de "de l'homme à Dieu" (N.E.L, 1959) 

 

Voir les commentaires

Henri Chapel

Publié le par Christocentrix

Henri Chapel est né le 4 aôut 1909 à Saint-Pol-de-Léon. Collégien de Notre-Dame du Kreisker puis séminariste  à Kerlois (Bretagne), il entra ensuite au Noviciat des Pères Blancs à Maison-Carrée (Algérie) puis fréquenta le Scolasticat de Carthage avant d'effectuer son service militaire. Ordonné prêtre dans l'Eglise catholique romaine en 1934 dans la Primatiale de Carthage, il est envoyé aussitôt au Séminaire de Kerlois où il exercera des responsabiltés avant de diriger le nouveau Postulat d'Antilly (Oise). Ses charismes sont reconnus par tous mais depuis son enfance, il ne rêve que d'une seule chose : devenir missionnaire en Afrique. Au moment où son rêve allait se réaliser (il était nommé au Soudan français) il est mobilisé et rejoint son unité combattante comme sous-officier. C'est dans la forêt de la Warn qu'il connait le baptème du feu. Remarqué pour ses vertus exemplaires, et comme sous-officier et comme prêtre, il exerce une forte influence autour de lui. Le 24 mai 1940, les évènements se précipitent et sa section tente de tenir la position à Gravelines. Malgré un ordre de repli face au débordement, il prend un fusil-mitrailleur et se met en batterie au bord du chemin de halage, séparé de l'ennemi par la seule largeur du canal. C'est dans cet acte héroïque qu'il sera frappé mortellement. Ceux du 137ème, qui le vénèraient, parleront longtemps de lui.... on trouva sur lui une lettre dans laquelle il disait qu'il offrait de bon coeur sa vie pour la France et pour les Missions. Dès les mois qui suivirent, malgré la situation que connaissait le pays, les vocations affluèrent tant à Kerlois qu'à Antilly, à un rythme jamais atteind jusqu'alors...

On peut encore trouver un petit opuscule qui relate sa vie, intitulé "le Père Henri Chapel, 1909-1940", rédigé par le Père Arregros. (Librairie Missionnaire des Pères-Blancs).

henri-Chapel.jpg

Voir les commentaires

Ernest Psichari

Publié le par Christocentrix

Ernest PSICHARI (1883-1914)

Jeune écrivain mort parmi les premiers officiers de la Grande Guerre (un des représentants de cette génération de la revanche décimée en 14-18) Psichari est une figure étonnante et paradoxale des milieux intellectuels du début de XXème siècle. Petit-fils d'Ernest Renan, fils du fondateur de la Ligue des Droits de l'Homme pendant l'affaire Dreyfus; issu d'un milieu irreligieux et anti-militariste il grandit dans le monde qui enfanta l'intelligentsia de gauche. Pourtant il fera partie de ces jeunes brillants intellectuels convertis ou revenus à la religion catholique après une grave crise morale comme Claudel, Péguy, Maritain, et bien d'autres...

Né à Paris, où il fera ses études et obtiendra sa licence de Lettres en 1903, sa jeunesse se formera dans une atmosphère familiale totalement agnostique, teintée du socialisme utopique de l'époque. Très jeune, avec son père et Jacques Maritain, il participe activement aux universités populaires et milite en faveur de Dreyfus.

En 1903, après une maladie et semble-t-il une déception amoureuse, il traverse une crise intérieure et abandonne la vie facile qu'il menait dans une famille aisée et connaît une période d'errance, de misère et de faim. Il décide de s'engager dans l'Armée où il trouve le cadre de vie rigide et la discipline qu'il souhaitait ainsi que l'activité physique et l'idéal d'ordre et d'autorité qu'il recherchait après cette évolution. Il participe au projet d'expédition au Congo préparé par le Commandant Lenfant, colonial expérimenté. En 1906, il est versé dans l'artillerie coloniale comme maréchal des logis de l'expédition du Cdt Lenfant dans le Haut-Logone (Congo français) et au sud du Tchad. (découverte des grandes sources du centre africain). De retour en France en 1908, il publie les souvenirs de sa mission dans un premier ouvrage : Terres de soleil et de sommeil qui lui vaut un prix de l'Académie française. (Ce n'est qu'en 1948 que seront édités ses Carnets de route pour cette même période). Médaillé militaire et sous-lieutenant en 1909, tout en s'attachant à ses fonctions d'officier, il commence à rassembler les éléments de l'Appel aux armes, à la fois roman autobiographique et méditation sur l'état militaire (qui ne sera publié qu'en 1913). Envoyé en Mauritanie en 1910, il participe à la pacification de l'Adrar en prenant le commandement d'un peloton méhariste et nomadise jusqu'à fin 1912. Durant ce séjour au désert, il approfondit ses réflexions morales puis religieuses sur le Christianisme face à l'Islam. Il y acquiert la foi catholique. Sa vie nomade et son évolution spirituelle sont relatées dans le Voyage du Centurion (qui paraîtra en 1915, après sa mort) ainsi que dans Les Voix qui crient dans le désert (paru en 1920). En 1913, Psichari se convertit et reçoit le baptème catholique. Peu après, il est admis dans le tiers-ordre dominicain. Réaffecté au 2ème Rgt d'artillerie à Cherbourg sous les ordres du Colonel Lenfant, il y termine ses écrits.

 

Mobilisé en première ligne dès le début de la Guerre, il y fera le sacrifice de sa vie, le 22 août 1914. Ses écrits qui paraîtront après sa mort, qui sont une contribution à l'histoire coloniale française, relatent aussi le dernier cheminement de sa conscience religieuse et de sa réponse à l'appel de la grâce. Il y avait écrit qu'il considérait que sa mission était de racheter la France par le sang et évoqué son désir de mourir pour la patrie. La dimension religieuse est décisive dans ce désir de sacrifice.

Droiture, devoir, patriotisme, honneur, piété et pour finir sacrifice, Psichari a été tout celà. Sa mort prématurée lui conserve une éternelle jeunesse et sa vie s'offre en exemple. Sa mort marque son entrée dans le patrimoine historique de la France où il occupe une place de choix. Elle inaugure une nouvelle mythologie de la mort : celle-ci devenant le moment privilégié de l'héroïsme. Dans le cas du Lieutenant Psichari, cet héroïsme découle de deux sources intimement mêlées, celle de la gloire militaire et du sacrifice chrétien.

 

Bibliographie de l'auteur :

-Terres de soleil et de sommeil. (1908)

-l'Appel des armes. (1913)

-le Voyage du Centurion. (1916)

-les Voix qui crient dans le désert. (1920)

-Lettres du Centurion. (Correspondance publiée en 1933)

-Carnets de route. (publiés dans un des 3 volumes d'une réédition des Oeuvres complètes de Psichari aux éditions Louis Connard, 1948).

 -Tous les titres d'Ernest Psichari ont été publiés et réédités aux édit. Louis Connard, depuis l'origine jusque dans les années 40. Il existe une ancienne édition en Livre de Poche (1962) de "Voyage du Centurion". "Carnets de Route" ont été réédités aux éditions l'Harmattan en 2008. 

Bibliographie sommaire à propos d'Ernest Psichari :

-MASSIS (Henri) : Vie de Ernest Psichari (1916). Notre ami Psichari. (1936).

-DANIEL-ROPS : Psichari. (1922)

-PSICHARI (Henriette) : Ernest Psichari, mon frêre. (1933)

-GOICHON (A.M) : Ernest Psichari ; documents inédits. (1933)

-CHEVALIER (Irénée) : la Vocation de Psichari. (1937)

-LAUZIERE (A) : le Lieutenant Psichari. (s.d)

-DELHAYE (Philippe) : Ernest Psichari, soldat chrétien. (1944)

-QUINARD (Claude): Psichari, soldat d'Afrique (1944)

-PEYRADE (Jean) : Psichari, maître de grandeur. (1947)

-PEDECH (Paul) : Ernest Psichari ou les chemins de la grâce.(Téqui, 1988).

-NEAU-DUFOUR (Frédérique) : Ernest Psichari, l'ordre et l'errance. (Cerf, 2001). avec une bibliographie très détaillée. (revues, archives, thèses...).

-MOUTOUH (Hugues) : Ernest Psichari, l'aventure et la grâce. (éditions du Rocher, 2007). ( avec bibliographie détaillée).

Voir les commentaires

1 2 > >>