Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Costa de Loverdo

Publié le par Christocentrix

j-ai-ete-moine-au-mont-Athos.jpgCe livre publié en 1956  relate l'extraordinaire aventure de Costa de Loverdo au Mont Athos. Dans une surprenante évocation, Costa de Loverdo rappelle son expérience personnelle, puis par un étonnant transfert, il évoque celle d'un moine qu'il connut. Il donne de la célèbre presqu'île aux cent couvents, une synthèse harmonieuse. Le Mont Athos peut-être un exemple pour notre monde matérialisé. - "Il est des lieux où souffle l'Esprit ", mais l'Esprit souffle où il veut".

Costa de Loverdo est né à Athènes en 1921, d'une famillle remontant au XIIIème siècle, qui a compté sept archevêques des îles Ioniennes, un ambassadeur auprès du Tsar, un général sous Napoléon, les fondateurs du Musée Byzantin Loverdo, de la Bibliothèque Loverdo...

Porté sur les fonts baptismaux par le roi de Grèce, il voyagea en Europe et en Afrique, puis se rendit au Mont Athos où il poursuivit la tradition ancestrale en se faisant novice au couvent Agios Pavlos. Ayant quitté la Sainte Montagne pour la France, il y fut incarcéré en 1941 pour fait de résistance et condamné à six mois de forteresse. Evadé, il gagna Gibraltar et s'engagea dans la R.A.F. De retour en Grèce en 1945, il se rendit encore au Mont-Athos. Il fut l'auteur d'un rapport à l'ONU sur la guerre civile grecque. Costa de Loverdo fut correspondant de nombreux journaux à Athènes et chroniqueur à la Dépêche du Midi. Il a publié surtout  en 1955, Le Trésor du Mont Athos, qui perce le secret d'une antique légende de la Sainte Montagne.

tresor-du-mont-Athos.jpgLes sources de ce livre sont dans Hérodote, Aristote, Sophocle, Plutarque, Juvénal, Pline l'Ancien, Grégoras, le Moine Denys, Cyrille de Chio, Halcyonius, Didron, Pouqueville, Alphonse Rabbe, l'Abbé Fleury, Jean Belon, Sevastianoff, A. Proust, Auguste Bailly, Victor Duruy, les Archives de la République de Venise, la Bible d'Or des Iles Ioniennes, l'Encyclopédie Hélios et le Moine Mélétios de Lavra la Grande, pour ne citer que les principales.

La Crypte du Perse est donc née en 1954 d'oeuvres et de travaux commencés bien avant Jesus-Christ. Elle est la plus merveilleuse histoire que l'auteur ait ouï conter, une chanson de geste s'étalant sur bientôt trois millénaires et demeurée vivante jusqu'à nos jours. Darius Premier, Alexandre le Grand, Saint Athanase l'Athonite, les héros de l'Indépendance grecque y défilent, leurs destinées liées entre elles par ce fabuleux trésor qui coula au pied du Mont Athos avec la flotte perse de la première guerre médique.

 

 

Commenter cet article

christocentrix 03/08/2010 00:19



La dernière caisse d'or laissée au fond de la crypte par les combattants de la Guerre d'Indépendance permit d'armer le Bataillon Sacré qui participa à la libération de la Grèce. Durant 2000 ans,
vivifiant la Grèce comme s'il était son sang, nourrissant les combats que livraient ses fils, le Trésor s'épuisa dans la Crypte du Perse.