Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wall Street et ses compromissions

Publié le par Christocentrix

Récemment, en 2012, ont été traduits et édités en français (édit. "Retour aux Sources") les résultats d'un long travail d'investigation d'Antony Cyril Sutton, économiste et historien britannique. (Sur le détail de sa biographie et de ses travaux, vous pouvez trouver dans l'article Wikipedia des précisions et des liens : http://fr.wikipedia.org/wiki/Antony_Cyril_Sutton ). 

Au fil d'une enquête magistrale, Antony Sutton établit des liens historiques tangibles entre capitalistes américains et communistes russes. Tirant ses informations de l'examen de dossiers du Département d'État, des archives personnelles de personnages clés de Wall Street, de biographies, d'articles de presse et de livres d'historiens classiques, Sutton met en lumière le rôle que jouèrent les dirigeants de certaines banques et de puissants de Wall Street. Le soutien au communisme, actif mais secret, les accords passés par de grandes entreprises dans le but de capter l'énorme marché russe, par des hommes d'affaires de premier plan, lesquels se faisaient publiquement les champions de la libre entreprise. « Wall Street et la révolution bolchévique » est un des volumes de la trilogie de Sutton sur les implications politico-financières et leur part de responsabilités dans le déclenchement des révolutions et conflits mondiaux du XXème siècle.

 

 

 

 

sutton 2

 

D'autre part, en mettant au jour un cloaque de mensonges, de tromperies et de duplicités, Antony Sutton révèle l'un des faits le plus marquant, et pourtant le moins rapporté, de la Seconde Guerre mondiale : que des banques de Wall Street et des grandes entreprises nord-américaines ont soutenu l'ascension de Hitler vers le pouvoir, en finançant l'Allemagne nazie et en faisant des affaires avec elle. En suivant minutieusement la piste de ces faits "oubliés", grâce à des documents et des témoignages incontestables, Sutton parvient à la conclusion que la catastrophe que fut la Seconde guerre mondiale bénéficia surtout à un groupe privilégié d'initiés financiers. Il donne le compte-rendu détaillé, preuves à l'appui, du rôle abject que jouèrent des financiers bien connus, directement ou à travers leurs entreprises, et tous ceux qui financèrent les préparatifs de la guerre la plus sanglante et la plus destructrice de l'Histoire. « La contribution du capitalisme nord-américain aux préparatifs de guerre allemands a été phénoménale et, sans elle, l'Allemagne n'aurait jamais eu la capacité militaire qui conduisit au massacre de millions de personnes innocentes ... » « Non seulement ces banquiers et hommes d'affaires nord-américains avaient conscience de la nature du nazisme, mais il assistèrent le nazisme à chaque fois qu'ils y avaient intérêt en sachant parfaitement que la conséquence probable serait une guerre impliquant l'Europe et les États-Unis. »

« Wall Street et l'Ascension de Hitler » est le troisième volume d'une trilogie consacrée à l'implication directe des financiers new-yorkais dans la révolution lénino-trotskiste en Russie, l'élection de Franklin D. Roosevelt aux États-Unis et la montée du nazisme en Allemagne.

 

                                                              *

Avant la traduction des travaux de Sutton, un journaliste français (et ancien du Service de Documentation Extérieure et du Contre-espionnage, SDECE), Pierre de Villemarest, s'était lui aussi interessé à ces côtés de l'Histoire.

(voir Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Villemarest).

En 1984, il a publié deux volumes sur ces mêmes questions. ( "Les Sources financières du Communisme", "les Sources financières du Nazisme"). Réactualisés et enrichis de nouveaux documents, ses travaux ont été réédités en 1996 (édit. Godeffroy de Bouillon) sous le titre "A l'ombre de Wall Street, les complicités soviéto-nazies".

 

 

Villemarest 2 

Villemarest.jpg

Pierre de Villemarest écrit que « Sutton fut le seul auteur qui ait jamais disséqué les contrats grâce auxquels les totalitarismes nazi et soviétique ont pu vivre et survivre économiquement ».

 

Cet ensemble est indispensable à la compréhension des évènements majeurs dont des masses d'innocents ont été les victimes tandis que les responsables "faisaient des affaires".  

 

 

 

 

Commenter cet article